Jouer, dessiner, créer pour changer la souffrance en espoir

Jouer, dessiner, créer pour changer la souffrance en espoir

Sam*, 12 ans, est arrivé sur le site de déplacés de Mugunga III en décembre 2012. Il décrivait alors son dessin: « Nous avons fui de Rugari à Kanyaruchinya. Puis la guerre a éclaté à nouveau là-bas et nous avons dû fuir à nouveau jusqu’à Mugunga. Ça, c’est le soldat qui est sorti de la forêt ; il nous a suivi en nous tirant dessus »

2

UNE VIOLENCE DIFFICILE A EXPRIMER AVEC DES MOTS

Suite aux combats entre le groupe rebelle M23 et l’armée congolaise qui ont eu lieu en 2012 et 2013, des milliers d’hommes, femmes et enfants ont dû chercher refuge sur des sites et dans des camps à l’intérieur et aux alentours de la ville de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu. Au cours de leur déplacement, ils ont été confrontés à de nombreuses scènes de violence, pillages et viols.

Les enfants n’ont pas toujours la faculté d’exprimer ce qu’ils ressentent, mais en dessinant il révèlent souvent leurs émotions. Suite aux combats, ils ont exprimé leur traumatisme et leurs souffrances au travers de dessins et de peintures réalisés dans les Espaces Amis d’Enfants mis en place par AVSI, un partenaire de l’UNICEF.

LES ESPACES AMIS D’ENFANTS: SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE, ACTIVITÉS CRÉATIVES ET RECRÉATIVES

Sept « Espaces amis d’enfants » mobiles ont été créés sur les sites de personnes déplacées, près de Goma. Chaque jour, 3 000 garçons et 3 500 filles y prennent part à des activités créatives et récréatives.

4Grâce à ce soutien psychologique, les enfants semblent parvenir à dépasser certaines scènes d’horreur dont ils ont été témoins. « A travers des activités créatives et récréatives au sein de l’Espace ami d’enfants, nos bénévoles les ont aidé à absorber les chocs d’une manière positive et à retrouver une vie normale », explique Ely Bahati, le responsable de la protection de l’éducation d’AVSI. « Jour après jour, nous ressentons que l’état des enfants s’améliore. Ils dessinent maintenant des choses plus positives ».

Iranzi Meda, 11 ans, est elle aussi arrivée sur le Site de Mugunga III en décembre 2012. Huit mois plus tard l’amélioration est évidente. Elle montre fièrement le dessin qu’elle vient de réaliser  « J’ai dessiné notre maison, un avocatier ; J’ai dessiné mon ami, ses yeux, son nez et sa bouche et j’ai dessiné le drapeau – le drapeau du Congo, » décrit-elle. Son dessin est joyeux, laissant transparaître de l’espoir en l’avenir.

« Au sein de cet espace, les enfants adoptent, sur le plan psychologique et récréatif, une autre manière de vivre, différente de celle qu’ils ont endurée au cours du conflit armé » souligne Ilderphonse Birhaheka, responsable protection à l’UNICEF. « Grâce au financement du gouvernement japonais qui a cru en ce projet d’Espaces amis d’enfant, nous avons été en mesure de changer leurs souffrances en espoir ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*le nom a été changé

 Article écrit au mois d’août 2013

The following two tabs change content below.

Ndiaga Seck

Ndiaga Seck est le Spécialiste en Communication de l’UNICEF à l’Est de la RDC. Il a une spécialisation en Études Humaines et Sociales, en Éducation et en Journalisme. Pendant les huit dernières années, il a travaillé pour IRIN et OCHA en Afrique de l’Ouest, OCHA et UNICEF en RDC. Son credo : « Un monde digne des enfants est à portée de main. Saisissons-le ! »

Ndiaga Seck is a UNICEF Communications Specialist in Eastern DRC. He specializes in human and social studies, education and journalism. For the past eight years, he has worked with IRIN, OCHA, in West Africa. His leitmotiv: “A World fit for children is within reach. Let’s grab it!”

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

4 comments

  • Ces activités sont adaptées aux Espaces Amis d’Enfants sur les sites de personnes déplacées par les conflits.

    Félicitation pour le travail que Matumaini réalise auprès des jeunes filles en situation difficile. L’UNICEF travaille dans le domaine des violences basées sur le genre (VBG) pour coordonner l’Assistance Multisectorielle (médical, psychosocial, socio-économique et référencement légal) aux survivantes des violences sexuelles et basées sur le genre. Nous travaillons également sur la promotion de normes sociales positives en vue de contribuer à l’égalité du genre et promouvoir l’autonomisation de la femme et la jeune fille.

    N’hésitez pas à nous contacter pour que nous réfléchissions ensemble aux possibles partenariats et collaborations.

Laisser un commentaire