Message de jeunes africains à leurs dirigeants

Communiqué de presse sur le message des jeunes africains à leurs dirigeantsRésultats du sondage panafricain publié lors de la Journée de l’Enfant Africain

GAMBELLA (Éthiopie)/Dakar/Nairobi, 16 juin 2016 – Les dirigeants africains ne font pas assez pour arrêter les conflits en Afrique, estiment deux tiers des quelque 86 000 jeunes interrogés lors d’un récent sondage effectué via des téléphones mobiles dans neuf pays d’Afrique.

En utilisant un système de messagerie instantanée, U-Report, cette courte enquête a été adressée à 1,4 million d’utilisateurs de téléphones mobiles du Nigéria, du Burkina Faso, du Mali, de la République centrafricaine, du Sénégal, du Libéria, du Zimbabwe, du Cameroun et de la Guinée du 18 mai au 1er juin 2016.

Il a été demandé aux utilisateurs de U-Report interrogés, âgés pour la plupart de 15 à 30 ans, de donner leur opinion sur les conflits et les crises en Afrique à travers de courtes questions à choix multiples envoyées sur leurs mobiles.

Les conclusions de l’enquête seront communiquées aux dirigeants africains à l’occasion de la Journée de l’Enfant Africain célébrée chaque année, le 16 juin, par l’Union Africaine.

« Il est capital, sinon urgent, que les dirigeants prennent en compte la voix des jeunes si nous voulons réduire les armes au silence d’ici 2020, comme indiqué dans notre Agenda 2063. C’est un projet phare dans lequel les jeunes ont également un rôle à jouer et des responsabilités à prendre » a déclaré le Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine.

Résultats principaux des messages de jeunes:

• Quand on leur demande si les dirigeants africains font assez pour arrêter les conflits et les crises en Afrique, deux sur trois des jeunes interrogés (70 %) estiment que les dirigeants africains ne font pas assez.

• Quand on leur demande pourquoi l’Afrique semble davantage sujette aux conflits que les autres régions du monde, 56% des jeunes interrogés estiment que « les politiciens qui luttent pour le pouvoir » sont la principale raison tandis que 19 % citent « l’inégalité », 17 % la « pauvreté » et 4 % « l’accès à la nourriture et à l’eau ».

• Que peuvent faire les dirigeants pour arrêter les conflits ? Près d’un quart des personnes interrogées (24 %) indiquent une « économie solide » tandis que 20 % estiment que les pays d’Afrique doivent être plus indépendants dans leur « politique étrangère », 19 % citent l’investissement dans « une éducation de qualité », 14 % disent « se parler les uns aux autres », 10 % citent « parler aux autres pays » et 9 % citent « la sécurité ».

« Chaque année en Afrique, les vies de millions d’enfants et de leurs familles sont perturbées, bouleversées ou détruites », dit Manuel Fontaine, Directeur régional à l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. « Cette enquête rend compte du droit de chaque enfant à être entendu et donne aux jeunes Africains la possibilité de faire part de leurs espoirs sur l’avenir de leur continent. »

Au cours des dernières années, les crises humanitaires en Afrique n’ont cessé de s’étendre au-delà des frontières, les enfants et les familles étant de plus en plus forcés de se déplacer. En République centrafricaine, plus de 1,2 million de personnes sont confrontées à l’insécurité en raison d’une crise humanitaire et de protection complexe qui s’est propagée aux pays voisins.

Au Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigéria, près de 1,3 million d’enfants ont été déplacés par les violences liées à l’insurrection menée par Boko Haram. Après deux années de conflit au Soudan du Sud, près de 2,4 millions de personnes ont fui leurs foyers dont 721 000 vivant comme réfugiés. Le Burundi est confronté à une crise de protection qui a poussé environ 265 000 personnes à s’enfuir au-delà des frontières.

U-Report est un système de messagerie instantanée disponible dans vingt-trois pays dont quinze en d’Afrique qui permet aux usagers de répondre à des enquêtes, de faire part de problèmes et de travailler comme agents de changement positif en faveur de la population de leur pays.

Lorsque quelqu’un s’inscrit à U-Report, des enquêtes et des alertes lui sont adressées par des messages directs et les réponses en temps réel sont recueillies et présentées sur un site Internet où les résultats et les idées exprimées sont en retour partagés avec le reste de la communauté.
# # #

Note au sujet de la République Démocratique du Congo

En République Démocratique du Congo, près de quatre millions d’enfants sont touchés par les conflits, particulièrement dans les provinces de l’Est du pays.

Depuis près de vingt ans, les conflits sont récurrents en RDC, et ont eu des conséquences sur la scolarité des enfants. 824 établissements scolaires ont été endommagés ou détruits de mars 2015 à mars 2016 suite aux conflits. Pour répondre aux besoins en éducation dans les urgences, le gouvernement, à travers son programme Education dans les Urgences – mise en œuvre avec l’appui entre autres de l’UNICEF – vise à atteindre 200.000 filles et garçons touchés par les conflits ou les catastrophes naturelles et de leur fournir une éducation de qualité et des activités psychologiques.

Les enfants des ménages les plus pauvres, surtout ceux vivant dans les zones de crises et de conflits risquent presque deux fois plus que ceux des ménages les plus riches de mourir avant l’âge de 5 ans, et ils risquent cinq fois plus de ne pas être scolarisés, d’être protégés contre tout type d’abus et violences basées sur le genre et d’avoir accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement

En 2015, l’appel humanitaire en faveur de l’enfant a permis de mobiliser pour les enfants en République Démocratique du Congo, 51 millions de dollars américain (à peine 40% des besoins) et ainsi à apporter une assistance à 1 million de personnes. Les besoins pour la mise en œuvre du plan humanitaire de 2016 en faveur de l’enfant en République Démocratique du Congo sont estimés à plus de 130 millions de dollars.

Plusieurs activités seront organisées à travers tout le pays lors de la célébration de la journée de l’Enfant Africain, notamment des journées d’informations et de sensibilisation à l’intention des enfants, des partenaires étatiques et des membres de la société civile, la production et la diffusion d’émissions télévisées et radiophoniques, l’organisation des activités de plaidoyer des enfants auprès des autorités et l’organisation d’un concours de dessin, baptisé « Dessine-moi la paix » destiné aux enfants.

En RDC, le thème national choisi pour la célébration de cette journée est « Eradiquer l’extrême pauvreté qui cause la mort d’un enfant toute les trois secondes en moyenne ».UNICEF RDC 2016 Journee de lEnfant Africain

Pour plus d’informations sur U-Report : https://ureport.in/

À propos de l’UNICEF :

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

• Helene Sandbu Ryeng, Bureau régional de l’UNICEF (Dakar), +221 77 81 99 097, [email protected]
• Ricardo Pires, Bureau régional de l’UNICEF (Nairobi), +254 701 635 021, [email protected]
• Alexandra (Sacha) Westerbeek, UNICEF Éthiopie, +251 911255109 [email protected]
• Louise Holly, Bureau de liaison de l’UNICEF auprès de l’Union africaine, +251 930 003 821, [email protected]
• Yves Willemot, UNICEF RDC, tél: +243 81 88 46 746, [email protected]

The following two tabs change content below.

Yves Willemot

Yves Willemot est le chef de l’Équipe InfoCom de l’UNICEF RDC. Plus que tout, ce qui est important pour lui c'est d'être "tous ensemble pour les enfants".

Yves Willemot is Head of the UNICEF DRC InfoCom Team. More than anything, he believes that the most important is to "be together for the children".

3 comments

  • J’apprécie beaucoup ces messages aux dirigeants des enfants africains à l’occasion de leur journée. Les enfants du territoire de Rutshuru que nous encadrons à travers les structures locales Clubs d’enfant ne sont pas aussi restés silencieux. En marge de cette journée, ils se sont adressés aux parents, à la communauté et aux décideurs pour leur dire qu’ils doivent conjuguer leurs efforts pour promouvoir en environnement protecteur en faveur des personnes de moins de 18. Il se sont aussi adressé aux seigneurs de guerre et groupes armés pour leur signifier de libérer les enfants car la place de ces derniers ce n’est pas là bas mais leur place c’est en famille et à l’école où ils apprennent la vie.

Laisser un commentaire