Dan, 15 ans, enfant reporter de la ville de Matadi.

Je m’appelle Dan.  J’ai 11 ans. Je suis enfant reporter de Matadi, au Kongo Central. C’est quoi le droit de l’enfant ? Dans mon école, beaucoup d’élèves ne sont pas informés sur le sujet. Dans d’autres écoles non plus, je me suis renseigné. Moi, j’ai une idée pour sensibiliser les autres sur la convention internationale des droits de l’enfant. 

J’ai décidé de faire connaître ces droits à tous mes amis. En commençant par mon école. Cela, après avoir été formé par la division provinciale du genre famille et enfant avec l’appui de l’UNICEF, dans la défense des droits de l’enfant. 

Au départ, j’ai commencé par parler de la convention internationale relative aux droits de l’enfant. Pour moi c’est la meilleure manière d’initier mes amis aux droits de l’enfant.

 

Difficile de sensibiliser à l’école 

Je fais partie du ministère de la culture dans mon école. Un jour, pendant le rassemblement, j’ai pris la parole pour essayer de parler des droits de l’enfant. C’était décevant car peu d’entre les élèves et enseignants ont salué l’initiative. La majorité a contesté en disant que cela était une perte de temps.

Cette situation n’est pas arrivée une seule fois. L’autre jour, c’était dans ma classe, pendant les heures libres.

J’ai demandé au chef de classe si l’on pouvait profiter pour parler des droits de l’enfant. L’idée semblait lui plaire mais les autres camarades étaient désintéressés. « Laisse-nous profiter de nos heures libres, Monsieur l’intello », d’un ton moqueur. C’était assez dommage. Il s’agit d’un sujet très important pour eux. Malgré ça je n’ai pas abandonné, je continue ma lutte.

Confusion entre l’impolitesse et la réclamation des droits 

Pour les enseignants, les élèves deviennent impolis, lorsqu’ ils réclament leurs droits. Selon l’article 13 alinéa 1 de la Convention internationale relative aux Droits de l’Enfant, ce dernier a droit à la liberté d’expression et de répandre des informations et des idées de toute espèce. 

Mais c’est vrai qu’il faut que les enfants réclament leurs droits dans le respect des aînés. C’est très important.

La société doit aussi être sensibilisée sur les droits de l’enfant. Ils doivent comprendre que respecter les droits de l’enfant, c’est favoriser son épanouissement.

 

Je ne baisserai pas les bras 

Peut-être faudrait-il que je réfléchisse à d’autres méthodes. Je vais y penser mais malgré les difficultés que je rencontre, je ne compte pas baisser les bras. Je reste objectif jusqu’à atteindre mes objectifs : répandre les droits de l’enfant dans ma ville en générale et dans mon école en particulier.