crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Philippe Ntale est un enfant reporter de la ville de Bukavu, dans le Sud-Kivu.

Le football est un sport qui me procure beaucoup de joie et d’enthousiasme. Malheureusement, je n’ai pas d’endroit où le pratiquer. Je m’appelle Philippe Ntale, je suis élève au collège Alfajiri et j’ai 16 ans. J’habite à Bukavu dans la province du Sud-Kivu .

 

 

Pour moi , le football n’est pas un sport  comme les autres. C’est plus qu’une  passion. Depuis tout petit, je suis entouré de fanatiques de football. C’est grâce à eux que j’ai connu les règles de jeu et plusieurs joueurs professionnels. Je voulais d’ailleurs devenir un grand footballeur plus tard. Maintenant que j’ai grandi, je ne pratique plus ce sport que par passion. Pourtant je ne le fais pas souvent parce qu’il n’y a pas beaucoup d’espaces de jeu à Bukavu. Certains terrains sont soit en très mauvais état, soit n’existent plus.

 

Souvent quand j’ai envie de jouer, je suis obligé d’attendre le jour où la direction de notre école organise soit un tournoi inter classes, ou un match de gala entre promotions.

Bukavu : une vue de la cour du collège Alfajiri (@Ponabana)

 

Le collège Alfajiri est le seul endroit où je peux jouer au football librement car le terrain est grand et en bon  état. Mais cela ne peut être possible qu’ une ou deux fois par mois.

 

Certains mercredi ou samedi, je participe au tournoi inter classes du collège. C’est un tournoi qui oppose les différentes classes du collège Alfajiri. J’y joue comme défenseur latéral. Et même si nous ne gagnons pas toujours l’essentiel est de jouer.

 

A part à l’école, il n’y a pas d’autres endroits dans notre commune, où je peux aller jouer au football. C’est seulement dans la commune de Kadutu que se trouve le stade de la Concorde, considéré comme le stade provincial. Il est entouré de terrains annexes, tous en mauvais état.

Pour jouer dans le stade de la Concorde, il faut être une équipe professionnelle de la province. Ce qui est loin d’être le cas pour les milliers d’enfants qui aimeraient jouer au football, mais qui manquent d’aires de jeu pour développer leurs talents.

 

Pendant les vacances, je peux faire même plus de trois mois sans jouer au foot, faute d’un cadre sportif adapté. Ce problème se manifeste presque partout dans la ville de Bukavu. Il y a peu d’endroits récréatifs et plusieurs enfants n’ont pas de bons espaces pour la pratique du sport et le développement de leurs taents. C’est ainsi que certains enfants jouent dans les rues de différents quartiers et s’exposent à plusieurs dangers.

 

Je demande aux autorités compétentes de comprendre ce besoin qui se manifeste partout dans la ville de Bukavu et dans la province du Sud Kivu en général. Cela permettrait aux enfants qui le souhaitent de pratiquer le sport de leur choix. afin de permettre aux enfants qui le souhaitent pratiquer le football et tant d’autres sports, selon les capacités de tout un chacun.