crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Dan Nvula, 15 ans, enfant reporter de la ville de Matadi.

Je me nomme Dan Mvula, enfant reporter de la ville de Matadi, dans la province du Kongo Central. J’ai rencontré Espoir sur mon chemin d’école.

 

 

A Matadi, beaucoup d’enfants en rupture familiale vivent de la mendicité. D’autres vivent de l’exécution de petits travaux pour des adultes, qui en retour leur paient quelque chose. Espoir est un enfant de 10 ans qui est cireur des chaussures. Il vit dans la rue depuis plus de deux ans et ne fréquente plus l’école depuis ses huit ans. C’est grâce à son activité de cireur qu’il gagne donc sa vie à Matadi.

 

 

Un travail qui expose la vie de l’enfant

Voir un petit enfant dans ces conditions m’a fait mal au cœur. J’ai donc adressé la parole à Espoir, et il m’a répondu : « Mes parents sont partis au village et m’ont laissé chez ma tante. Comme elle me maltraitait, j’ai préféré vivre dans la rue en attendant leur retour à Matadi ».

 

Par paire de chaussures cirée, Espoir gagne 500 FC. Parfois, il reçoit 300 FC. Lorsque ses affaires tournent bien, il gagne 15 000 FC, un peu moins de 10 dollars américains par jour. Et c’est grâce à cet argent qu’il s’achète à manger. Il veut retrouver ses parents, mais il a perdu leur trace.

 

Comment alors aider Espoir à retrouver ses parents ? Quel service de l’Etat peut aider cet enfant dans cette démarche ? Ce serait vraiment bien s’il arrive à les retrouver. Cela mettrait fin à sa situation d’enfant en situation de rupture familiale et de cireur. I retournerait certainement à l’école.

 

J’espère qu’un jour, Espoir va rentrer dans sa famille.