Une année scolaire différente

Tout au début de l’année scolaire, le Président de la République avait annoncé la gratuité de l’enseignement primaire dans le secteur public. C’était une bonne chose car elle a offert à beaucoup d’enfants la chance d’accéder aux études de base pour la première fois.

Un mois après la rentrée scolaire, une grève des enseignants a commencé suite au défaut de paiement effectif de ces derniers.  Dans cette situation de grève, les plus exposés étaient les enfants et cela avait un impact réel sur leur formation. Après quelques semaines, l’année a repris son cours normal nonobstant le retard et même après la reprise de cours les professeurs n’enseignaient pas comme il le fallait car ils n’étaient pas payés, cependant malgré toutes ces difficultés ces enseignants ont donné cours.

Ainsi au moment où l’année tendait paisiblement vers son coucher est apparu un grand malheur qui, cette fois ne touchait pas que la RDC mais le monde entier : cette mystérieuse maladie universellement connue sous le nom de COVID-19. Le COVID-19 est un virus qui tue ! voilà pourquoi le gouvernement congolais, tout comme plusieurs autres gouvernements dans le monde, a décidé de confiner sa population en vue d’éviter la propagation du virus et ainsi ne pas exposer cette population à la contamination.

Bien que confinée, la population n’est pas à l’abri du danger

La plupart de la population vivant des revenus gagnés au jour le jour est obligée de sortir et continuer ses activités au risque d’être contaminé du COVID-19. Mais ils n’ont pas de choix car ce sont ces activités qui leur permettent d’assurer les besoins de leurs familles. Cette situation concerne aussi les enfants exploités économiquement dont la survie de leurs familles repose sur leurs épaules. Ils se retrouvent contraints de sortir au risque d’accident de circulation et de toute autre forme d’abus sur leurs personnes en raison de leur vulnérabilité.

Nous demandons au Gouvernement congolais de faire en sorte que nous rentrions à l’école dans le strict respect des mesures des préventions adoptées universellement. Nous remercions nos professeurs pour les efforts fournis malgré leur salaire misérable, nous remercions également l’UNICEF pour le soutien et l’accompagnement.

Vu que le COVID-19 a fait en sorte que les parents se retrouvent sans travail, nous recommandons à l’Etat Congolais d’assurer aux enfants la protection et les soins nécessaires pour leur développement tant physique que psychologique au cas où leurs parents ou autres personnes responsables en sont incapables.

The following two tabs change content below.

Francois

François, 16 ans, est le président du Comité Urbain des enfants de Goma. François est également Enfant Reporter.

Derniers articles parFrancois (voir tous)

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *