L’orphelin n’a-t-il pas aussi des droits ?

L’orphelin n’a-t-il pas aussi des droits ?

Reconnu pour sa vulnérabilité, l’enfant orphelin nécessite plus d’attention et plus de soutien provenant de la communauté ainsi que du gouvernement au même titre que tous les autres enfants.

Suite à cette réflexion, j’ai effectué une visite à l’orphelinat Jamaa Letu (« notre famille » en Swahili) dans la commune Ruashi, où j’ai fait la rencontre de Florence, une orpheline présente au centre depuis 2007 (huit ans déjà).

Avant d’arriver à l’orphelinat, cet enfant a traversé plusieurs situations difficiles mettant en cause sa vulnérabilité et perturbant sa vie d’enfant. Elle me résume son histoire en ces mots :

« J’ai été en famille comme tous les autres enfants. J’étudiais, je mangeais à ma faim, j’étais protégée et jamais je ne me suis attendue à cela. Suite à plusieurs problèmes que ma famille a rencontrés et en raison de mon état de santé, ma belle-mère trouva que j’étais une lourde charge. Nous nous sommes retrouvés à la rue, mon frère et moi. »

Aucun enfant n’envisage de se retrouver à la rue ou encore devenir orphelin. Mais la vie nous réserve parfois bien des choses. Dans la rue, sans abri, sans famille, tous ces enfants rencontrent beaucoup de difficultés : pour se nourrir, pour se loger, pour subvenir à leurs besoins. Florence me dit :

« Dans la rue, nous avons rencontré d’autres enfants dans la même situation que nous et nous vivions ensemble dans un endroit délaissé et une fois le soleil levé, chacun se débrouillait pour se nourrir. »

En fouillant dans des poubelles, en ramassant des déchets de nourriture un peu partout et en mendiant, ces enfants sont exposés à plusieurs maladies, plusieurs dangers, et se font exploiter librement et même abuser.

Dans la rue, peuvent-ils étudier ? Peuvent-ils envisager un avenir meilleur ? Peut-être, mais pas sans être pris en charge auparavant.

2

Ces enfants peuvent encore espérer de la vie grâce à l’accueil et le confort qui leur sont offerts par les différents orphelinats et centres qui prennent en charge les enfants orphelins.

Aujourd’hui, Florence a le courage de me relater son calvaire grâce au bonheur que cet orphelinat lui procure. Elle témoigne :

« Avant d’arriver, j’avais perdu le goût de la vie, mais les personnes de l’orphelinat m’ayant recueillie ils se sont occupé de ma santé et de mon éducation. Grâce à leur soutien, aujourd’hui je fais mes études de coupe et couture. Je préfère cette vie par rapport à celle que j’avais quand j’étais dans la rue et je souhaite que tous les enfants qui se retrouvent dans la rue soient pris en charge, car seuls, ils ne peuvent rien. »

Il n’y a rien de mieux pour un enfant orphelin que d’être pris en charge, mais toutes les personnes engagées à veiller sur ces enfants sont découragées aujourd’hui parce que le gouvernement ne leur prête pas main forte

La responsable de l’orphelinat Jamaa Letu m’explique : « Cela fait 10 ans qu’on existe mais le gouvernement ne nous apporte qu’un faible appui. Nous œuvrons avec l’aide de quelques particuliers et cela ne nous motive pas beaucoup à continuer. »

Ces orphelinats ont besoin d’un appui beaucoup plus conséquent du gouvernement pour pouvoir continuer dans cette œuvre.

De ce fait, nous, Enfants Reporters, sommes affectés de voir toutes ces personnes engagées à prendre en charge nos semblables, œuvrer sans aucun soutien.

Nous demandons au gouvernement de la RDC, en collaboration avec l’UNICEF de prendre des mesures pour soutenir l’engagement de toutes ses personnes afin qu’elles puissent continuer à œuvrer en faveur de la prise en charge des enfants vulnérables en général et orphelins en particulier ; pour que dans un avenir proche la prise en charge des enfants vulnérables soit effective dans notre pays.

Nous espérons que cela sera pris en considération.

Etant Enfants Reporters, nous continuerons de parler, ainsi que de veiller à ce que la mise en application des droits de l’enfant soit effective au sein de notre pays.

©UNICEF RDC/2015/Josué
À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/french
Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdomadaire pour rester informé sur les actions de l’UNICEF RDC et ses partenaires en faveur des droits des enfants. Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter !

 

The following two tabs change content below.

Josue

Josué est un Enfant Reporter de Lubumbashi, au Sud de la RDC, depuis 2013 et fait des études scientifiques à l'école. Il souhaiterait devenir médecin mais ne s'écartera pas de la promotion des droits des enfants en RDC. Il a pour devise : pas d'enfants protégés, pas d'avenir assuré ; respecter les droits de l'enfant c'est contribuer à la construction d'un avenir meilleur.

Josuéhas been a Young Reporter in Lubumbashi, Southern DRc, since 2013 and studies science at school. He would like to become a doctor but will continue to promote children's rights in DRC. He has a motto: no protection for children means no guarantee for a future ; respecting children's rights helps construct a brighter future.

Derniers articles parJosue (voir tous)

Laisser un commentaire