Dan Mvula, 15 ans, enfant reporter de la ville de Matadi.

Je suis Dan Mvula, enfant reporter dans la ville de Matadi, province du Kongo central. J’ai rencontré un jeune vendeur de carburant à Matadi. Chadrac n’a que 12 ans et il a abandonné l’école pour se consacrer à ce commerce. 

 

A l’âge de 10 ans, son père l’initie déjà à la vente de carburant. Chadrac est en 5 ème primaire dans une école de Matadi. « Aujourd’hui, cela fait plus de deux ans que je ne vais plus à l’école. Je crois qu’avoir beaucoup perdu de tout ce que j’apprenais », regrette Chadrac.

 

Il habite le même quartier que moi dans la commune de Matadi. Je le vois chaque jour sur mon avenue avec des bidons jaune et d’autres plus petits d’un litre, communément appelé litrage. Il prend le carburant des grands bidons jaunes (20litres) pour les vendre au détail auprès des conducteurs de voiture et moto.

Sans aucune protection et avec tous les risques que représente son travail, Chadrac m’informe qu’il a déjà échappé plusieurs fois à des graves incendies.

« Je me suis brûlé dernièrement par manque de prudence. En fait, l’essence n’aime pas le feu » raconte-t-il   

Chadrac vendeur carburant

Chadrac vend du carburant au lieu d’aller à l’école à Matadi (@ponabana)

Les études compromises

Les études de Chadrac sont compromises à cause de cette activité. Chaque jour, il est avec ses bidons remplis de carburant pour vendre. 

 

« Mon père va acheter le produit à Muanda ou à la frontière entre la RDC et l’Angola. Et je suis la seule personne en qui il fait confiance. Quand il n’est pas là, je suis là pour gérer ses affaires. C’est pour cela que  je ne sais plus aller à l’école » se plaint Chadrac. 

 

Ses collègues de classe passent souvent à la maison pour le convaincre de reprendre l’école. Mais, l’enfant ne sait pas reprendre l’école. 

Ses propres parents trouvent que la situation de l’enfant est normale même s’il ne va pas à l’école.

Dans cette famille, il y a déjà trois enfants sur cinq qui ne vont pas à l’école par manque de suivi des parents. Et pourtant, l’article 24 de la loi portant protection de l’enfant stipule que “tout enfant a droit à l’éducation, à la vie dans le respect de l’ordre public et de bonnes mœurs”.

La situation de Chadrac est une interpellation aux parents et aux autorités pour un engagement total sur la situation de l’enfant en RDC.

Encadreur: Ange Lumpuvika