crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Délice Wamusonia est encadreur des enfants reporters à Bunia, province de l'Ituri.

Plusieurs enfants déplacés n’ont pas d’acte de naissance à Bunia. Je suis Délice Wamusonia, Jeune Reporter de la ville de Bunia dans la Province de l’Ituri.

 

L’enregistrement des naissances à l’état-civil est un droit pour chaque enfant. L’article 16 de la loi portant protection de l’enfant stipule que tout enfant a le droit dêtre enregistré à l’état-civil  dans les 90 jours qui suivent sa naissance. Et céla s’effectue sans frais. Pourtant, sur le site des déplacés du lycée Kigonze à Bunia, plusieurs enfants n’ont pas d’acte de naissance.

 

Plusieurs parents deplacés ignorent totalement l’importance du précieux document qu’est l’acte de naissance. Pourtant, il joue un rôle capital dans la vie de leurs enfants. Selon la géstionaire de ce site de déplacés, seuls 700 enfants sur près de 14000 ont bénéficié  de  jugements  supplétifs de masse avec l’appui de l’UNICEF.

 

Les familles déplacées vivent dans un contexte particulier. En plus de leur vulnérabilité, elles rencontrent plusieurs difficultés d’ordre social. Et je pense au vu de cela, que l’Etat ne devrait pas leur réclamer d’argent pour bénéficier d’un jugement supplétif. C’est la moindre des choses que notre Etat doit offrir à ces enfants. Car la plupart de ces enfants déplacés sont nés pendant la guerre.

 

Il est aussi important de sensibiliser les déplacés sur la question de l’enregistrement des enfants.  » Je ne connais pas l’acte de naissance et tous mes six enfants n’en ont pas. A l’hopital chaque fois que j’acouche, on me donne les fiches pour mes enfants  » m’a confié une mère  deplacée.

 

Je demande donc au Maire de la ville de Bunia, à l’Unicef, au Président du tribunal pour enfants et à d’autres partenaires, de s’unir pour trouver une solution à tous ces enfants déplacés qui n’ont pas d’acte de naissance.