Emmanuel Jidisa, 17 ans, est Jeune Ambassadeur pour le climat. Formé par l'UNICEF en tant qu'Enfant Reporter, Emmanuel s'est rapidement intéressé aux questions climatiques et environnementales.

Depuis le 30 novembre, je participe à la 28ème Conférence des Parties (COP28) à Dubaï aux Emirats arabes unis. La COP est un rassemblement annuel à grande échelle axé sur l’action climatique. Aujourd’hui est la fin de la première semaine de la COP28, c’est donc l’occasion de faire le point.

 

Les défis des premiers jours

Je suis arrivé à Dubaï durant la nuit du 29 au 30 novembre, j’étais donc très fatigué lors de l’ouverture de la COP28. J’étais aussi stressé parce qu’on avait raté l’avion qu’on devait prendre plus tôt à cause d’un problème de visa mais cela a été réglé assez rapidement.

Le premier jour d’une grande conférence comme la COP28 est toujours très particulier. Il y a plein de monde et on se sent un peu dépaysé. La COP28 se tient à l’Expo Dubaï City, un très grand complexe qui ressemble à un quartier. On y trouve des restaurants, des hôtels, des bâtiments en grand nombre et des rues en n’en plus finir. 

 

Des découvertes et expériences enrichissantes

Durant les premiers jours, il fallait qu’on marche avec une carte du site entre nos mains pour nous trouver entre les différentes activités et évènements en marge de la conférence. J’ai visité le pavillon sur les jeunes et le genre où se trouve le stand « INNOVATION30 », une initiative de l’UNICEF pour soutenir les jeunes entrepreneurs qui innovent en lien avec le climat. 

J’ai aussi assisté à un panel de discussion avec trois femmes très engagées sur les questions climatiques et qui ont partagé leurs expériences. Parmi elles, il y avait Paloma Escudero, la Conseillère Spéciale pour le plaidoyer sur le climat à l’UNICEF que j’avais déjà rencontré à Brazzaville lors du Sommet des Trois Bassins.

 

Des rencontres de très haut niveau

Le samedi 2 décembre, les activités sont devenues de plus en plus intéressantes. J’ai eu le privilège de remettre la Déclaration mondiale des jeunes à Shamma Al Mazrouei, la championne des jeunes pour le climat de la COP28. Cette déclaration est issue d’une longue consultation des jeunes à travers le monde.

Le lendemain, j’ai participé à une réunion avec le Secrétaire général António Guterres pour discuter de la participation des enfants et des jeunes dans le processus de prise des décisions en lien avec le climat. C’était incroyable de le rencontrer, c’est une personne gentille et ouverte.

 

Le bilan de cette première semaine à la COP28 est très positif. Je sens que les enfants et les jeunes sont mis au centre des discussions et participent aux réunions importantes. Pour la suite de cette COP28, je souhaite que la voix des enfants continue à être entendue !