Mon droit à la participation

Cela fait aujourd’hui exactement 25 ans que la Convention relative aux Droits de l’Enfant existe. Pour célébrer cette journée si particulière, Carmel nous parle de l’un des droits de l’enfant les plus important et dont il se sert si souvent dans sa mission d’enfant reporter : le droit à la participation.  

La participation de l’enfant est un droit fondamental pour tout enfant. Cette participation se traduit par la possibilité qu’a l’enfant de donner son point de vue sur les nombreuses questions le concernant, que ce soit à la maison, à l’école, dans sa communauté respective ou ailleurs.

En RDC, pendant longtemps la question de la participation de l’enfant était considérée comme inutile. Pendant longtemps l’enfant était considéré comme une personne qui n’avait rien à dire d’intéressant, juste là pour écouter et obéir aux adultes.

Maintenant, l’enfant congolais est conscient de ses droits, notamment celui en rapport avec sa participation.

Avec une plus grande vulgarisation de la Convention sur les Droits de l’Enfant, dont le droit à la participation de l’enfant est l’un des principes fondateurs, la voix de l’enfant est progressivement en train de gagner du terrain : de plus en plus de monde tient compte de ce que disent les enfants.

L’image très souvent véhiculée des enfants de la RDC est celle d’enfants malnutris, en dehors du système scolaire, vivant dans la rue ou sortis des forces et groupes armés. Ils sont réduits à des simples bénéficiaires de projets du gouvernement et des bailleurs de fond. Avec la participation, l’enfant de la RDC est progressivement en train de se doter d’un nouveau statut : celui de partenaire des organismes.

Certaines personnes se demandent toujours à quoi sert la participation des enfants.

Je leur répondrais en disant que la participation de l’enfant est d’une importance capitale, tant pour les enfants que nous sommes, que pour le monde entier, car nous sommes l’avenir.

Dans tous les domaines, que ce soit médical ou éducatif, il est nécessaire d’écouter le point de vue de la personne qu’on veut soigner ou éduquer de manière à appliquer ce qui lui convient. Cela est de même pour un enfant : il faut l’écouter pour prétendre un jour apporter les solutions aux problèmes auxquels il est confronté.

La participation permettrait de mieux comprendre l’enfant afin de mieux préparer son futur.  Il ne faudrait pas agir comme ces adultes qui se réunissent chaque année pour discuter des sujets qui concernent l’enfant, sans avoir invité ne serait-ce qu’un seul enfant pour parler au nom de tous.

En RDC, plusieurs programmes ont vu le jour en rapport avec la participation de l’enfant. Les enfants reporters de la RDC, dont je suis l’un des membres, sont des enfants formés par l’UNICEF et le Ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant. Nous apprenons les techniques de plaidoyer, l’écriture des articles, la réalisation de supports audio-visuels, la réalisation d’émissions télévisées et surtout nous sommes initiés à la participation, afin de plaider pour la cause des enfants congolais et d’ailleurs.

Quelles que soient les situations dans lesquelles se trouvent les enfants de la RDC, nous, enfants reporters, avons appris à connaitre nos droits et à dire, à haute et intelligible voix, ce que nous pensons de notre futur.

Nous avons la chance d’être, dans une même journée, à la fois, à l’écoute des préoccupations de nos pairs (dans nos quartiers) et autour d’une table avec les plus hautes autorités du pays et même du monde, pour plaider la cause des enfants.

Permettez-nous de vous apprendre que dans le cadre de la participation des enfants, nous, les enfants de la RDC avons fait entendre nos voix dans nos communautés locales, provinciales et au niveau national ; et c’est encore et toujours dans le cadre de la participation de l’enfant que, nous, les enfants de la RDC avons fait entendre notre voix au niveau international, en participant :

–   au troisième forum panafricain sur l’enfant tenu à Addis-Abeba en 2012

–   au forum de l’espoir des enfants sur la paix dans la région des Grands Lacs tenu à Bujumbura en 2014

–   au sommet des chefs d’états de la CIRGL (Conférence internationale de la région des grands lacs) tenu à Nairobi en 2014

–   au sommet des filles sur les mariages précoces et les mutilations génitales tenu à Londres en 2014

–  l’une d’entre nous a reçu un prix à New York pour avoir remarquablement fait la promotion de la scolarisation des filles lors de la récente campagne « back to school ».

La participation de l’enfant est pour moi une ouverture à de nouveaux horizons ; elle m’a permise pour la première fois de dire réellement ce que je pensais.

Etre Enfant Reporter suscite en moi la volonté de créer un monde digne des enfants.

Apprenez en plus sur la Convention relative aux Droits de l’Enfant :

Convention des Droits de l’Enfant

Connaissez vous les droits de l’enfant ? 

N°1: Introduction et Préambule

N°2 : Qu’est-ce qu’un enfant ?

N°3: L’intérêt supérieur de l’enfant

N°4 : Le droit à la vie

N°5: Le droit à la santé

N°6: Le Droit à l’Education

N°7: Protection contre l’exploitation

Photo : UNICEF RDC 2014 Adrien Majourel

The following two tabs change content below.

Carmel

Carmel a 15 ans et il est enfant reporter de Kinshasa. Cycliste et constructeur de robot, il aime le football et Cristiano Ronaldo. Sa devise? "Malgré les tempêtes, il faut aller de l'avant".

Carmel is 15 years old and is a child reporter from Kinshasa. Carmel is a cyclist, builds robots and likes football and Cristiano Ronaldo. His motto is: ‘Despite the storms, one must move on.’

One comment

  • Tres bon article. Felicitations Carmel. Puisse ton engagement etre transmis aux generations futures d’enfants reporters et d’autres enfants en general.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *