Sifa rêve de prendre le chemin de l’école

« Dans le quartier, les enfants de notre âge partent à l’école mais nous, nous restons à la maison », m’explique Sifa, 8 ans, qui habite à quelques mètres de chez moi. « Mon petit frère et moi nous n’avons jamais connu notre père. Maman quitte la maison à 6 heures  le matin et rentre très fatiguée le soir », raconte tristement la jeune fille. Sifa et son petit frère ne passent pas beaucoup de temps avec leur mère. « Nous n’avons jamais connu notre père et nous n’avons pas le temps de partager avec notre mère ».

Seule pour s’occuper de ses enfants, la maman de Sifa travaille beaucoup pour assurer que leur survie. « Nous mangeons difficilement », me confie Sifa. « Nous sillonnons avenue par avenue pour trouver à manger », continue la jeune fille. Lorsque leur mère va travailler, Sifa et son petit frère se promènent dans les rues et cherchent de quoi manger.

La situation de Sifa et de son petit frère n’est pas isolée. De nombreux enfants vivent seulement avec un de leurs parents, l’autre étant absent. Bien souvent, ces familles ne font que survivre, arrivent à peine à manger et les enfants ne vont pas à l’école. Les parents ne peuvent pas fuir leurs responsabilités envers leurs enfants. « La responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement incombe au premier chef aux parents » comme l’indique l’article 18 de la Convention relative aux droits de l’enfant. Lorsqu’un parent abandonne son enfant, cela a des répercussions sur plusieurs aspects de sa vie comme le montre l’histoire de Sifa.

Il faut assurer aujourd’hui l’encadrement des enfants pour promouvoir l’avenir de la République Démocratique du Congo de demain. Le Gouvernement doit mettre e place des mécanismes pour aider les enfants les plus vulnérables. Chaque enfant doit pouvoir manger à sa faim et aller à l’école, quelle que soit sa situation familiale. Encadrer aujourd’hui les enfants est essentiel pour faire émerger notre pays.

Sifa rêve de pouvoir aller à l’école, comme tous les enfants de son âge. Mais parce que sa maman n’arrive pas à payer seule les frais, elle ne peut pas s’inscrire et commencer sa scolarité.

Nous ne pouvons pas abandonner la jeunesse

Lire aussi :

Article écrit par Gloris, Enfant Reporter de la Province de l’Ituri

The following two tabs change content below.

Enfants Reporters Ituri

Suite à leur initiation à l'écriture de blogs, les Enfants Reporters de Bunia vous proposent leurs premiers articles.

After a blog writing workshop, the Young Reporters of Bunia are pleased to share their first papers.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *