Un concours du lavage correct des mains pour sauver des vies

lavage des mainsENFANTS REPORTERS – En RDC, l’Enquête Démographique et de la Sante (EDS 2013-2014) a relevé que 1 ménage sur 2, soit 50% des ménages, ne dispose ni d’eau, ni de savon, ni de tout autre produit nettoyant pour se laver les mains. Chose qui reflète dans une certaine mesure, le manque de culture du lavage correct des mains auprès d’une forte partie de la population congolaise.

La problématique du choléra en Ituri

La province de l’Ituri a connu au début de l’année (comme l’année dernière) plusieurs cas de choléra liés vraisemblablement à une mauvaise hygiène des mains et à l’usage d’eau non potable. Cela laisse une grande place à la sensibilisation pour arriver au changement de comportement progressif.  Comme sur quasiment l’ensemble du pays, la Journée Mondiale du Lavage des Mains a été célébrée. Celle-ci a été organisée par la sous-division urbaine de Bunia en partenariat avec la MUSACA, une mutuelle de santé de Bunia, et les Enfants Reporters.

Une journée pour réduire les risques liés à une mauvaise hygiène des mains

Sur le Boulevard de la Libération, près de 1500 élèves de diverses écoles s’étaient réunis pour une marche pacifique. Après cela, place était aux différents discours au niveau de la tribune de la ville de Bunia.

unicef-drc-2016-ramazani-2

« Si nous avons opté d’inviter les écoles, c’est pour que les élèves maîtrisent la façon bonne de se laver correctement les mains et puissent bien élargir le message du lavage correct des mains dans leurs écoles, familles et communautés respectives. Les risques liés aux maladies d’une mauvaise hygiène des mains doivent être limités non seulement dans des écoles mais aussi dans toute la communauté » a déclaré Etienne DYOTI, le sous proved urbain/Bunia lors de son allocution.

Concours du lavage correct des mains

Les différentes interventions finies, nous avons assisté à la particularité de cette Journée Mondiale : les 21 écoles présentes devaient sélectionner chacune un élève-représentant pour participer au jeu concours du lavage correct des mains. Une première dans notre province. Un jury composé de deux membres du Club d’Ecoute pour Enfants, du Parlement d’Enfant ainsi que de la MUSACA était chargé d’observer soigneusement et d’interroger si possible le représentant pendant la démonstration du lavage correct des mains.

unicef-drc-2016-ramazani-3

Le gagnant de la journée était Justin, 12 ans de l’EP3 Nyakasanza. Le Jury l’a proclamé comme étant le meilleur élève puisqu’il s’est lavé correctement les mains en respectant les différentes étapes. Il a obtenu une note de 96%.

 « J’ai appris à fabriqué mon propre dispositif de lavage des mains et, à ce jour, je suis le plus heureux de tous. Même sans grands moyens, la bonne pratique du lavage des mains est nécessaire pour éviter les différentes maladies, surtout chez l’enfant. J’encourage chacun de nous à sensibiliser les autres qui ignorent encore cette bonne pratique » a dit Justin, très content d’avoir remporté le concours.

Une pratique moins coûteuse qui peut sauver la vie

Grâce à ce titre, il  va bénéficier de 6 mois gratuits de scolarisation pour cette année scolaire. Le deuxième lauréat bénéficie de la prise en charge de 2 mois de scolarisation et le troisième de 1 mois. Ces frais seront pris en charge par la sous division urbaine de Bunia. La MUSACA a offert un dispositif de lavage des mains à chacune des écoles pour que la pratique soit continuelle dans des écoles.

unicef-drc-2016-ramazani-4

Pour la clôture de la journée, Son Excellence la Ministre Provinciale de la Santé de l’Ituri, Mme LAURENCE MAKUSI, a fait une démonstration du lavage correct des mains en demandant aux participants que cette pratique devienne une habitude car selon elle, elle est moins couteuse mais peut sauver la vie. Elle a également promis son implication afin que les écoles adoptent la pratique du lavage correct des mains en installant des dispositifs pour que la survie des enfants soit assurée comme la demande la CDE.

Les Enfants Reporters mobilisés pour faire changer les comportements

Pour instaurer une bonne pratique du lavage des mains,  près de 33717 élèves de 53 écoles de Bunia et environs ont été sensibilisés en 2015 par nous, Enfants Reporters en collaboration avec la MUSACA et avec l’appui de l’UNICEF. Par la même occasion, nous avons formé 8 brigades scolaires par école afin de s’occuper de suivre les diverses mesures d’hygiène (lavage des mains, propreté des toilettes, propreté des salles de classe, etc.).

Selon le rapport d’enquête sur le lavage correct des mains, le taux de lavage correct des mains est passé de 0 à 49,7% après ce projet de sensibilisation et formation. Ce résultat montre qu’il est possible d’avoir un changement dans les pratiques.

Nous appelons le gouvernement congolais à penser à la sante des enfants à l’école. La pérennisation de la pratique est nécessaire. Cela n’est possible que si chacun à son niveau témoigne cette volonté d’accompagner la bonne survie de chaque enfant.

Nous, Enfants Reporters, avons organisé cette Journée Mondiale du Lavage des Mains avec les moyens dont nous dispositions. « A chacun son moyen, a chacun son lave main » était le slogan de la Journée pour appeler tous les participant à utiliser les moyens qu’il dispose pour appliquer la pratique du lavage des mains.

Plus d’informations sur le choléra et le lavage de mains

The following two tabs change content below.

David

David a rejoint le Club d'Ecoute pour Enfants en 2012. Deux ans après, il en est devenu le porte-parole puis en 2015, le coordonnateur. La même année, David est devenu Enfant Reporter. Il présente également diverses émissions sur les droits de l'Enfant. "Parler des droits de l'Enfant via les médias, c'est ma préférence". David étudie le droit à Bunia et rêve de travailler à la défense des droits des plus vulnérables.

David joined the Children's Listening Club in 2012. Two years later, David became the spokesperson and in 2015 the coordinator. That same year, David became a child reporter. Since 2014, David has hosted various programmes on child rights.  "I want to use the media to talk about child rights”. David studies law in Bunia and dreams of working to protect the rights of the most vulnerable. He says he will always work for children.

One comment

Laisser un commentaire