crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Mivi Nsanda est enfant reporter dans la ville de Kinshasa.

Je n’avais jamais entendu parler, avant, d’Orange Digital Center. Un centre de formation pour les jeunes sur les métiers du digital et le numérique. En fait, ce centre accompagne aussi des jeunes entrepreneurs dans leurs projets.

 

L’idée est d’aider ces jeunes entreprises à atteindre leur maturité. J’ai beaucoup appris lorsque j’ai visité ce centre. Je m’appelle Mivi Nsanda, j’ai 15 ans. Je suis enfant reporter de la ville de Kinshasa.

 

 

Un lieu d’échanges sur les opportunités.

Sur place, Mr Alain Mangana, notre guide durant la visite nous a expliqué les différentes activités qui se font à Orange Digital Center.
En fait, il nous a parlé des opportunités qu’ils offrent aux jeunes entrepreneurs pour développer leurs projets.

Nous avons visité 3 pièces : Orange Fab, Académie digitale et Fab Lab.
Orange Fab est un local dans lequel on forme et on organise des débats sur l’entrepreneuriat avec des jeunes.

L’année dernière, une formation gratuite dénommée « vacances utiles » y a été organisée pendant les vacances. But de la formation, permettre aux jeunes participants d’acquérir des compétences techniques et numériques.

Pourquoi il y a moins de filles ?

Nous avons visité l’académie digitale. Comme le nom l’indique, c’est une pièce où des jeunes sont formés sur le digital et sur le numérique par des professionnels externes ou internes. Nous avons d’ailleurs trouvé des jeunes en pleine formation. Bien que le centre soit ouvert à tout le monde, j’ai remarqué qu’il y a moins de filles par rapport aux garçons.

« Nous souhaitons que le taux de participation des filles augmente en 2024, car nous ne mettons pas de barrière » a déclaré Monsieur Alain.
Après l’académie digitale, nous sommes allés au Fab Lab. C’est un laboratoire de fabrication. Personnellement, ce local est mon préféré. En fait, il a tellement des belles choses à voir et j’avais hâte d’en apprendre davantage. Il y avait trois sections : Internet des objets, Artisanat et Prototypes des machines.

Internet des objets

Dans la section internet des objets, j’ai observé des machines pouvant imprimer des objets plastiques en 3D. C’est-à-dire en trois dimensions. Il y avait également une brodeuse et une machine qui découpe des pièces au laser. Magnifique.

Dans la section artisanat, il y avait divers objets d’art en bois et en pagne réalisés par des jeunes formés dans ce même centre.

Prototypes des machines

Dans la section machine, j’ai vu des prototypes des machines exposés aux visiteurs. Toutes ces machines sont conçues par des jeunes dans ce centre.
Ce sont des innovations technologiques. Ces machines peuvent servir dans l’agriculture. Par exemple, il y avait un robot qui détecte les sources d’eau dans le sol pour permettre aux agriculteurs de savoir où semer. Une autre machine permet de prévoir les prochaines pluies. Très important, surtout avec les perturbations des saisons. Il y avait aussi un purificateur d’eau avec un système de filtre, un panneau solaire qui suit la direction du soleil grâce à un moteur spécial.

Sur une autre table, j’ai vu un robot d’assistance pour les écoliers. Alors lui permet aux élèves de réviser leurs leçons apprises en classe. Il y avait aussi une montre qu’un enfant autiste peut porter. La montre a un capteur de température qui émet un signal si l’enfant s’approche dangereusement du feu ou d’une l’eau.

La visite a duré un peu plus d’une heure. Une expérience enrichissante en fait. Cela m’a permis de découvrir les opportunités que les jeunes congolais peuvent saisir pour apprendre et développer leurs différentes activités. Demain, ils peuvent devenir des entrepreneurs prospères avec leurs idées innovantes.

Je souhaite que beaucoup d’autres jeunes puissent faire des visites comme nous. Ils pourront ainsi découvrir des métiers et peut-être aussi leurs vocations ou filières d’études.