Donnons-nous les moyens de réussir la rentrée scolaire

Après deux mois passés à la maison, l’élève de la RDC va reprendre le chemin de l’école le 08 Septembre 2014. Mais plusieurs choses dérangent l’engouement des enfants congolais pour la rentrée scolaire, voici quelques exemples.

Les frais d’inscription. J’ai dialogué sur la rentrée scolaire avec un ami de Kinshasa qui a 14 ans. Il m’a raconté que dans l’école où il voulait se faire inscrire, on lui a demandé 150 dollars pour l’inscription et 100 dollars pour la confirmation, alors que sa famille ne dispose pas de ces moyens. Par conséquent, il a dû renoncer à une éducation de qualité pour aller dans une école où ses parents étaient en mesure de payer les frais demandés.

Les uniformes. Mon ami Deo qui est Enfant Reporter du Bandundu m’a raconté que dans certains villages et même dans quelques écoles en ville, certains directeurs des écoles chassent les enfants qui n’ont pas d’uniforme. Le problème est que les parents de ces enfants manquent de moyens financiers pour acheter les uniformes.

Le manque de fournitures scolaires. Mon camarade enfant reporter du Bandundu m’aussi relaté que pendant la campagne Back to school 2013, il est allé à la rencontre des familles qui ne voulaient pas envoyer leurs enfants à l’école. Après dialogue certaines familles lui ont avoué que même si l’école est gratuite, elles ne disposent pas de moyens pour équiper leurs enfants en fournitures de base (cahier et stylo). L’équipe Back to school a dû donner un cahier et un stylo pour permettre à cet enfant d’aller à l’école.

Suite à cela, voici quelques propositions :

Nous demandons au gouvernement de fixer un seuil des frais raisonnables que les écoles devront observer durant cette année scolaire 2014-2015. Si cela n’est pas applicable pour ce début de l’année, mais s’avère que c’est important de l’appliquer pour le prochain trimestre.

Nous demandons aux Directeurs d’écoles de ne pas chasser les enfants qui n’ont pas des uniformes et de fournitures scolaires.

Pour vivre dans un Congo prospère et digne des enfants, il faut s’assurer que chaque rentrée scolaire soit meilleure que la précédente, afin que l’avenir du Congo nous appartienne, à nous les enfants.

Photo: UNICEF RDC 2013 Julie Pudlowski

The following two tabs change content below.

Nathan

Nathan a 15 ans et il est au Collège Notre Dame du Congo à Kinshasa. Passionné de football, il joue milieu pour “organiser le jeu”. Plus tard, il veut être un avocat reconnu et travailler pour la Cour Pénale Internationale. Sa devise: “Que tous nous soyons un!”

Nathan is 15 years old. He studies at Collège Notre Dame du Congo in Kinshasa. passionate about football, he plays middle to "organize the game". He wants to become a renowned lawyer and work for the International Criminal Court. His watchword: “That we all are one”.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *