Donnons toutes ses chances à l’élève congolais

La RDC est un un pays qui se trouve au centre de l’Afrique, un pays potentiellement riche, et qui concentre toutes les merveilles du monde, comme l’okapi et le barrage hydroélectrique d’Inga. Mais sa plus grande richesse, c’est les enfants, parce qu’ils sont le futur de demain.

La dernière semaine de juin, les finalistes (les élèves de sixième humanité, la dernière classe du cycle), ont passé ce qu’on appelle l’examen d’Etat. Nous avons réalisé le constat que sur le cent pourcent d’enfant qui commence le cycle primaire, une minorité seulement arrive en classe terminale.

Pourquoi ?

UNICEF_DRC_2013_day03 0701 (640x427)

I. Les écoles dans les milieux ruraux sont trop loin du domicile des enfants. J’ai lu dans l’article « La situation de l’éducation en RDC en 20 points » écrit par Yoon Jeong que « 84 % des enfants ont une école proche de chez eux, 70 % des enfants de 6 à 11 ans non scolarisés vivent près d’une école ». Donc ce n’est peut-être pas la raison principale.

II. L’éducation est dite gratuite mais ce n’est pas toujours le cas, parce que la gratuité de l’enseignement primaire n’est pas effective dans toutes les provinces de la RDC. Kinshasa et Lubumbashi par exemple ne bénéficient pas de cette gratuité. Le prix est différent selon les provinces et selon les écoles. Si l’école était vraiment gratuite, une maman pourrait envoyer tous ses enfants à l’école jusqu’à ce qu’ils terminent les deux cycles, car elle n’aura pas eu à payer le cycle primaire.

III. Le gouvernement ne débourse pas un budget suffisant pour l’éducation. Dans l’article lu toujours par moi, j’ai appris que « les ménages contribuent aux 3 quarts des dépenses d’éducation ». Supposons un parent qui doit payer l’école pour 4 enfants, il pourrait décider de s’occuper d’abord de l’éducation d’un enfant puis peut-être de celle des autres, parce que cela fait trop de dépenses.

UNICEF_DRC_2013_day03 0830 (640x427)

Moi Nathan, au nom des Enfants Reporters de Kinshasa et du Congo tout entier, propose que :

1. Le gouvernement construise des écoles à proximité du domicile des enfants qui vivent dans des milieux ruraux. On a vu que 30% d’enfants non scolarisés n’ont pas d’école près de chez eux. S’il y avait des écoles près de chez eux, cela ferait peut-être beaucoup plus d’enfants à l’école.

2. L’Etat doit rendre l’enseignement primaire gratuit et obligatoire dans toute l’étendue de la République Démocratique du Congo.

3. Le gouvernement doit débourser un budget suffisant pour l’éducation pour que nous puissions avoir un enseignement de qualité.

UNICEF_DRC_2013_day03 0783 (640x427)

Toutes ces mesures seront pour le bonheur de l’enfant congolais, leur intelligence. Ils pourront connaitre plus pour devenir utiles à la vie et servir leur pays.

L’Etat doit faire un effort pour que notre diplôme que nous avons dans ce pays soit considéré partout au monde. Pour l’instant, à l’extérieur du pays on ne prend pas toujours notre diplôme en considération. Il doit être considéré à sa juste valeur pour donner l’honneur à notre pays et à notre diplôme.

Que vive l’éducation congolaise, que vive la démarche de changement de cette éducation, pour l’avenir de l’enfant congolais.

Photo: UNICEF RDC 2013 Julie Pudlowski

The following two tabs change content below.

Nathan

Nathan a 15 ans et il est au Collège Notre Dame du Congo à Kinshasa. Passionné de football, il joue milieu pour “organiser le jeu”. Plus tard, il veut être un avocat reconnu et travailler pour la Cour Pénale Internationale. Sa devise: “Que tous nous soyons un!”

Nathan is 15 years old. He studies at Collège Notre Dame du Congo in Kinshasa. passionate about football, he plays middle to "organize the game". He wants to become a renowned lawyer and work for the International Criminal Court. His watchword: “That we all are one”.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *