La Capoeira me rend plus fort

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’utilisation d’enfants soldats, mon ami enfant reporter Jospin et moi, nous sommes rendus au Centre de Transit et d’Orientation d’enfants sortis des forces et groupes armés à Goma (CTO-CAJED) où nous nous sommes entretenus avec un enfant sorti d’un groupe armé.

Laetitia et Jospin s'entretiennent avec les encadreurs et les jeunes du centre de transition et d'orientation

Laetitia et Jospin s’entretiennent avec les encadreurs et les jeunes du centre de transition et d’orientation

Bahati (pseudo), un jeune garçon de 17 ans a été recruté de force par le groupe rebelle ADF-NALU et amené en Ouganda où il a passé 2 ans avec les rebelles. Il est parvenu à fuir et rentrer au pays en passant par la forêt du territoire de Beni.

Quand les ADF ont été battu par les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), c’est à ce moment-là que j’ai eu l’occasion de fuir dans la forêt; j’ai été ramassé par les FARDC et cela a été long avant que j’arrive ici au centre“.

Depuis l’année 2014, les enfants vivant au CTO/CAJED sont initiés à la Capoeira, une discipline qu’ils apprécient bien car c’est une activité éducative qui favorise la tolérance et un esprit amical. Bahati est heureux de se retrouver hors de l’armée et aspire à un bel avenir.

La Capoeira, un art martial basé sur des valeurs de respect, aide les jeunes à se reconstruire

La Capoeira, un art martial basé sur des valeurs de respect, aide les jeunes à se reconstruire

« Je me sens super bien et je n’ai aucune envie de retourner dans l’armée. Ici, je pratique la capoeira avec mes confrères venus aussi des groupes armées, c’est vraiment une bonne discipline car elle nous unit et nous rend fort ».

Le son du Berimbau encourage les enfants dans leur pratique de la Capoeira.

Le son du Berimbau encourage les enfants dans leur pratique de la Capoeira.

Ce mercredi 11 Février 2015, le nouveau représentant de l’Unicef en RDC Pascal Villeneuve a rencontré les enfants vivant au CTO/CAJED ; comme nous, enfants reporters, il souhaite que tous ces enfants puissent retourner dans leurs familles.

« La place des enfants n’est pas au sein des forces et groupes armés, mais dans leur famille et à l’école. C’est là que les enfants peuvent construire leur avenir et celui de leur pays », a déclaré Pascal Villeneuve, représentant de l’UNICEF en RDC.

Pour cette année 2015, nous, enfants reporters, appelons tous les décideurs au niveau national et international à mettre tous leurs moyens pour garantir une vie meilleure à tous les enfants de la RDC en général et en particulier à ceux qui sortent des forces et groupes armés.

Tous les jeunes anciennement associés aux groupes et forces armés affirment apaiser leur traumatisme grâce à la Capoeira

Tous les jeunes anciennement associés aux groupes et forces armés affirment apaiser leur traumatisme grâce à la Capoeira

Photo: UNICEF RDC 2015 Ndiaga Seck

The following two tabs change content below.

Laetitia

Laetitia a 14 ans et elle est enfant reporter de la ville de Goma ainsi que présidente de la commission Education Jeux Culture et Loisirs du Parlement d'enfants. Défendre les droits de ses semblables est l'une de ses plus grandes passions. Plus tard, Laetitia aimerait devenir une grande journaliste sans s'écarter du domaine de la défense des droits des enfants pour changer le monde. Son credo: « L'enfance congolaise est une arme de construction massive »

Laetitia is 14 and a young reporter from Goma, as well as Chair of the Committee for Education, Games, Culture and Entertainment in the Children's Parliament. Defending the rights of her peers is one of her greatest passions. When she is older, Laetitia would like to become a great journalist, maintaining her dedication to the defense of children's rights to change the world. Her credo: "Congolese children are a weapon of mass construction."

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *