crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Justine Zadia Amadi, 12 ans, est enfant reporter à Walikale, dans la province du Nord-Kivu.

Je m’appelle Justine Zadia Amadi et j’ai 12 ans. J’ai rencontré un joueur de football à Walikale. Il est connu sous le nom de « Marcello », comme son idole, l’ancien défenseur gaucher du Real Madrid.

 

Sa passion pour le football est vraiment quelque chose de surprenant. Âgé de 27 ans et de son vrai nom Eric Omari, Marcello aime le football. Alors quand il doit m’en parler, ses souvenirs remontent dans son enfance. Il commence à jouer au football dans les rues de Kisangani en passant par Kindu dans le Maniema avant de se poser à Walikale.

 

Lorsque je le rencontre, Marcello ne sait pas me dire quand est-ce qu’il a commencé à jouer. « J’ai grandi avec le football. J’ai commencé à jouer dans une équipe en 2012 dans ma province à Kisangani. En 2014, je vais jouer à Kindu et l’année d’après je rentre à Kisangani. Depuis 2016 je suis venu à Walikale jusqu’aujourd’hui », raconte Marcello.

 

Pour lui, le football, est bien plus qu’une simple passion. Grâce à ce sport, il a rencontré des grandes personnalités, voyagé. C’est le football qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille. Marcello espère se réaliser, acheter une parcelle et construire une maison grâce au football.

 

Un talent au service du football féminin

A Walikale, les filles avaient du mal à jouer au football. Dans les familles, les filles devaient faire les tâches ménagères, et c’est tout. Alors, Marcello a travaillé sur le changement des mentalités et encourage les filles à pratiquer le sport. Marcello s’est engagé à redynamiser le club de football féminin de Walikale. Ces filles ont acquis de l’expérience et donnent envie de venir les voir taper dans un ballon. Une vraie révolution des mentalités.
« Le club des filles existait, mais manquait de dynamisme. Les parents avaient tendance à accorder aux garçons l’opportunité de pratiquer le sport. Les filles étaient plutôt encouragées à aller vendre au marché, à travailler dans les champs et à s’occuper des tâches ménagères. Avec le temps, les parents ont appris à nous faire confiance et à nous confier leurs filles. Nous les avons entraînées, et aujourd’hui, je suis fière de dire que nous avons une équipe de filles forte et engagée à Walikale », se réjouit Marcello.

 

Marcello ne compte pas s’arrêter là. Il rêve d’un grand destin dans le football comme Marcelo du Real Madrid, son modèle. Il compte promouvoir le football féminin dans la province du Nord-Kivu et à l’international. Pour sa carrière, il compte trouver un club à Goma, pourquoi pas au niveau national et avoir une ouverture à l’international.

 

Espoir du football féminin à Walikale

Pour moi, Marcello incarne l’espoir du football féminin dans le territoire de Walikale. Il a réussi à démontrer que ce sport transcende les barrières sociales. C’est toute une communauté qui se retrouve dans les efforts investis par ce passionné du ballon rond.

 

En fait, sa vision rejoint ce que stipule l’article 31 de la Convention relative aux droits de l’enfant. Selon la CDE, « les Etats parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique. Les Etats parties respectent et favorisent le droit de l’enfant de participer pleinement à la vie culturelle et artistique et encouragent l’organisation à son intention de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d’égalité ». Et cela sans aucune distinction de sexe. Les filles de Walikale ont un endroit où elles peuvent exercer leur droit de jouer au football. Pour celles qui le veulent en tout cas.