Ansima Murerhwa, 15 ans, est enfant reporter de Bukavu, dans la province du Sud Kivu.

David rêve de devenir médecin, mais il est contraint de poursuivre avec ses études.

Je suis Ansima Mulumoderwa, enfant reporter dans la ville de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Mon histoire commence alors que je me promenais après l’école. J’ai fait la rencontre de David, un enfant âgé 15 ans qui n’a pas pu poursuivre ses études et travaille dans un publiphone du quartier  pour travailler dans un publiphone du quartier Nyamugo, dans la commune de Kadutu.

 

David est  l’aîné d’une famille de 7 enfants. Il est orphelin de mère, et son père est ferrailleur, mais sans occupation stable. C’est ainsi qu’un jour il lui a demandé d’arrêter ses études. Il n’était simplement plus en mesure d’assurer sa scolarité, en plus de celle de ses frères et sœurs.

 

Un rêve brisé

David a arrêté ses études en première biochimie. Il souhaitait poursuivre avec la médecine à l’université car depuis son enfance, il rêve de devenir médecin. Au début, il n’a pas cédé. Il a continué à partir à l’école malgré la demande de son père. Mais après des exclusions successives pour non-paiement de frais scolaires, il a finalement décidé d’arrêter ses études.

 

David passe d’élève à travailleur

Après quelques mois, David a commencé à prester comme aide sur les chantiers de construction. Cette reconversion n’a pas été du tout facile pour lui. Mais il a quand même réussi à économiser 25$, qu’il a utilisés pour se payer des chargeurs de téléphones et louer une petite officine. Il a ouvert un publiphone voici 4 mois. Et c’est désormais grâce à ce qu’il gagne qu’il contribue à résoudre les petits besoins de sa famille.

Mais David n’a pas abandonné son rêve . Il veut rentrer à l’école et poursuivre ses études pour réaliser son rêve de devenir médecin. Même s’il ne sait pas encore comment s’y prendre.

 

Mon avis

Je pense que tout enfant a le droit d’étudier, et que l’enseignement primaire et secondaire devraient être gratuits. Je tiens à inviter l’Etat à maintenir sa décision de la gratuite de l’enseignement primaire. Je souhaiterais aussi que l’enseigement secondaire devienne gratuit, de sorte à permettre à chaque enfant d’avoir accès à l’éducation. J’encourage les parents à fournir et multiplier les efforts pour prendre en charge leurs enfants, et de ne surtout pas renoncer à leurs responsabilités.