Pour la paix, nous irons jusqu’au bout

Prévu du 30 Mai au 1er Juin 2014, le Forum de l’espoir d’enfants est un cadre idéal pour la libre expression des enfants pour la consolidation de la paix et le renforcement du dialogue entre nous, les enfants de la Région des Grands Lacs.

Mais il y a un préalable : il faut que toutes les délégations se rendent à Bujumbura, ville hôte.

Et cela n’est pas une mince affaire pour l’équipe congolaise.

Déjà, la première étape était de nous réunir à Kinshasa avant le départ en avion à destination de Bukavu puis Bujumbura par la route comme cela était initialement prévu.

Mais, suite aux annulations des vols de la Monusco pour certains des enfants sélectionnés ce programme a changé à plusieurs reprises.

27042014-IMG_0410 (640x427)

Norbertine, Représentante des enfants de la Province de l’Equateur

A titre d’exemple, prenons le cas de notre amie Norbertine, Représentante des enfants de la Province de l’Equateur qui a été débarqué à la dernière minute de l’hélicoptère de la Monusco en faveur de casques bleus. Elle a été obligée de prendre le vol commercial pour arriver à Kinshasa.

Le dialogue figure parmi les moyens importants pour la résolution des conflits car la quasi-totalité des conflits ont débouché grâce à un dialogue.

Je me demande pourquoi la priorité est accordée à celui qui part pour construire la paix avec les armes alors qu’on rejette celui qui part construire la paix par le dialogue ?

27042014-IMG_0301 (640x427)

Hervé Représentant des enfants de la Province du Kasai Occidental

Le cas de Norbertine n’est pas isolé car deux autres amis ont connu le même problème. Hervé du Kasai Occidental qui, après l’annulation de son vol à destination de Kinshasa, a dû voyager toute la nuit en moto pour se rendre à Mbuji Mayi où il a retrouvé Leslie du Kasai Oriental. Là encore leur vol a été annulé. Nos deux amis ont alors pû prendre un vol commercial le mercredi 28 mai en dernière minute. Notons au passage qu’ils avaient déjà été débarqués d’un vol commercial la veille au profit de gens qui avaient plus de moyens.

En dépit de ces obstacles, nous avons enfin tous pu nous rejoindre à Kinshasa. Mais ce n’était que le début.

Selon le programme nous devions donc tous nous rendre à Bukavu en avion puis prendre une voiture jusqu’à Bujumbura. Malheureusement, là encore, le vol à destination de Bukavu a été annulé. Pour contourner ce nouvel obstacle, il a été décidé d’aller à Bujumbura en passant par l’aéroport de Nairobi. Mais, arrivés à l’aéroport, alors que tous nos papiers étaient en règle, le manque de communication entre la direction de la Direction Générale des Migrations et sa cellule installée à l’aéroport nous a fait perdre du temps. Et c’est au moment où l’avion a fermé ses portes que ces agents de la DGM nous ont permis d’embarquer. En vain, nous ne pouvions plus monter à bord, la passerelle venait d’être enlevée de l’avion.

Malgré tous ces défis, l’équipe est déterminée pour aller jusqu’au bout pour la paix dans la Région des grands lacs.

Aucun obstacle ne pourra nous en empêcher!

Information de dernière minute : La délégation des enfants a réussi à prendre l’avion à Kinshasa aujourd’hui, 29 mai et devrait attérir à Bujumbura dans la soirée.

Photos: Unicef RDC/Adrien Majourel/2014

 

The following two tabs change content below.

Deo

Déo Deo a 17 ans, il est enfant reporter et finaliste au collège Kivuvu à Bandundu. Il a représenté les enfants de la RDC au Forum de l'espoir des enfants à Bujumbura en juin 2014. Il fut élu ambassadeur du Forum de l'espoir et a représenté les enfants de la Région des grands Lacs au sommet Spécial de la CIRGL sur l'emploi des jeunes. Pour lui, être enfant Reporter est une opportunité qui lui permet de plaider pour l'amélioration de la situation des enfants de sa communauté

Déo is 17 years old, he is a Young Reporter and a student in final year in KIVUVU High School in Bandundu. Deo has represented Congolese childre at the Forum of Hope in Bujumbura in 2014. He was elected as an Amabassador of Hope and represented children from the Great Lakes region at the Special ICGLR Summit on Youth Employment. For him, being a child reporter gives him an opportunity to advocate on improving the situation on children in his community.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *