Aristote est jeune Reporter à Kinshasa.

Ce 28 mai 2021, le monde entier célèbre la « MENSTRUAL HYGIENE DAY ». Cette journée est l’occasion de parler des tabous qui demeurent dans nos sociétés sur les questions des menstruations. Je m’appelle Aristote Mampuya, j’étais curieux d’échanger avec quelques jeunes garçons de Kinshasa pour savoir ce qu’ils pensent des menstruations et le regard qu’ils portent à cette question.

Les menstruations sont encore un sujet tabou dans notre pays. Un grand nombre des jeunes garçons comme moi ont souvent honte d’en parler. Certains considèrent que c’est une question qui concerne les filles et non, les garçons. Même à l’école.  

 » Les garçons ne devraient même pas parler des menstruations(…) Les questions de menstruations ne me concernent pas« , m’a expliqué Junior, un jeune de 17 ans.  Selon lui,  » C’est pour les filles, je ne cherche pas à en savoir plus ».

Junior n’est pas le seul à considérer les menstruations comme un « truc » de filles qui ne concernent pas les garçons. « Les règles ne sont pas faites pour être discuter par les hommes mon cher « , s’est exclamé David, étudiant en Science politique à l’Université Pédagogique du Congo que j’ai rencontré à Lemba.

Lui, il pense que le sujet est trop honteux et sale pour que les hommes puissent en discuter. Il m’a tout de suite demandé de changer de sujet.

Malgré qu’ils ont des connaissances parfois très fines sur la question des menstruations, plusieurs garçons trouvent le sujet trop honteux pour être discuté ou n’arrivent pas à en parler. Béni, un étudiant en économie et développement à l’Université catholique au Congo vers qui je suis allé, semble bien connaitre le sujet.

Les garçons n’en parlent même pas avec leurs soeurs

« Les menstruations sont des écoulements périodes de flux sanguins chez les femmes », a répondu Beni.  Il m’a avoué que même lui avait honte d’en parler avec ses sœurs et sa mère. Dans la culture africaine les questions liées à la sexualité sont taboues notamment les menstruations, en parler n’est pas facile. Béni pense par contre qu’il faut que les choses changent. Il faudrait que l’on parle plus librement du sujet et aider nos jeunes sœurs à avoir suffisamment des connaissances sur les menstruations.

Pourquoi les garçons ont honte de parler des menstruations ?  

Pour junior, c’est à cause de l’éducation de sa mère qui est très religieuse. « Je n’ai pas été éduqué sur ces questions à la maison (…) Ma mère est une femme très religieuse, elle n’aime même pas qu’on parle de ces sujets », a-t-il dit.  « Si je rencontre quelqu’un qui me parle des menstruations, je ne vais pas prêter attention à lui » , ajoute t-il.

Je voyais bien à quel point, Junior était très gêné d’en parler. Juste le mot « règle » semblait lourd à prononcer pour lui.

Les menstruations, c’est simplement un phénomène physiologique 

L’éducation et la culture, les principaux facteurs qui influencent la perception des menstruations par les garçons. Les échanges que j’ai eu avec les jeunes garçons, m’ont montré à quel point nous éprouvons une honte à en parler. On semble le trouver insignifiant et sale.

Je suis un jeune garçon et je peux vous dire sans honte que les menstruations ne devraient plus être un sujet « dégueu ». Bien au contraire! C’est simplement un phénomène physiologique comme en trouve chez nous garçons. Il faut donc considérer les menstruations pour ce qu’elles sont, un phénomène physiologique et non un sujet de stigmatisation, de discrimination ou d’isolement pour les jeunes filles.

En cette journée mondiale de l’hygiène menstruelle, je lance un appel à tous les jeunes garçons de changer notre regard sur les menstruations ! Parlons-en aussi librement que possible et cherchons en savoir plus.