crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="

Je m’appelle Steffy. J’ai 15 ans et je suis enfant reporter de la ville province de Kinshasa. J’étudie au lycée Mpiko. La semaine du 24 avril, c’était la semaine mondiale de la vaccination. A cette occasion, je voudrais parler du paludisme, cette maladie qui est assez répandue en RDC. Quels sont les moyens pour lutter contre cette maladie ?

 

J’ai appris à l’école que le paludisme appelé communément aussi malaria, est un problème majeur de santé publique en RDC. Lorsque cette maladie est mal soignée, elle entraîne des conséquences graves, surtout chez les enfants.

Ces conséquences peuvent être la paralysie des membres, la perte de l’usage de la parole, la folie ou même la mort.

En fait, j’ai appris qu’une mère de famille a perdu ses trois enfants à cause de l’automédication dans la commune de Kisenso. Comme certains parents font, cette mère de famille a préféré soigner seule ses enfants au lieu d’aller consulter un médecin.

 

Lorsque ses enfants ont commencé à avoir de la fièvre, la mère a décidé de leur donner une cure de breuvage à feuille amer appelé « Kongo bololo ». Visiblement, elle accorde à cette plante des vertus médicinales. Le problème, c’est qu’elle ne savait pas quelle dose est appropriée, encore moins, les vraies vertus de cette plante.

La maladie des enfants s’est aggravée. La maman pesait protéger ses enfants avec cette automédication au « Kongo bololo ». Après un moment, les enfants sont sérieusement tombés malades et sont morts successivement.

J’ai voulu comprendre pourquoi certains parents ne pensent pas à aller voir les médecins? Les parents avec lesquels j’ai échangé ont évoqué la difficile conjoncture. Pour eux, emmener un enfant à l’hôpital coûte cher. Et parfois, ils n’ont pas d’argent pour payer les frais qui peuvent être demandés. C’est comme cela qu’ils font de l’automédication, sans penser aux conséquences de leur geste ou acte sur la santé de l’enfant.

J’encourage les parents, les responsables des enfants d’éviter l’automédication et d’emmener les enfants consulter un médecin. Les médecins et les personnels soignants sont formés pour s’occuper des malades.