Hope in Action : un espoir pour les enfants en détresse

L’État a l’obligation de protéger les enfants, en particulier les enfants vulnérables, car ils constituent l'avenir de demain.

Hope in Action est une organisation crée par Ananas Kambale, un jeune de notre pays. Vu les difficultés rencontrées par certaines jeunes victimes de violences dans leurs recherches de travail, Ananas a décidé de mettre en place un espace de formation sur l’entreprenariat, le renforcement des potentiels ainsi que la mécanique dans la ville de Goma au Nord-Kivu.

Quels enfants vulnérables sont pris en charge dans ce centre ?

La place de l’enfant étant à la maison et à l’école mais il existe de nombreuses situations où des enfants se retrouvent dans la rue et par manque d’alternatives, ils sont emportés par plusieurs vents et sont intégrés dans des groupes négatifs, notamment les groupes armés.

Avec peu de moyen, Ananas assiste les enfants qui ont quitté ces groupes et sont placés dans familles d’accueil. Beaucoup ont du mal à s’adapter et certaines familles ne sont pas prêtes à prendre en charger ces enfants. Lorsqu’ils arrivent à Hope in Action, Ananas leur apprend des métiers professionnels pour développer leurs aptitudes. Grâce au soutien de personnes de bonne volonté et d’organisations comme UNICEF ou Save the Children, Ananas essaie de subvenir aux besoins de ces enfants, surtout en matière d’éducation.

Certains de ces enfants sont pris en charge dans des familles d’accueil, mais Ananas a le projet de construire un dortoir pour les enfants qui ne sont pas acceptés par des familles d’accueil. En effet, elles pensent parfois que la rééducation des enfants sortis des groupes armés n’est pas facile et que ces enfants pourront détruire l’harmonie de leur famille.

Protéger les enfants les plus vulnérables

L’État a l’obligation de protéger les enfants contre toute forme des mauvais traitements selon l’article 19 de la Convention relative aux droits de l’Enfant. L’État doit assurer la démobilisation de tous les enfants se trouvent actuellement dans des groupes armés car leur place se trouve en famille et à l’école. Je recommande aussi aux gens de bonne volonté d’appuyer d’une manière ou d’une autre Hope in Action qui fait un grand travail pour les enfants.

Avant, les enfants avaient du mal à s’adapter dans leurs familles d’accueil car ils n’avaient pas d’endroit où aller ni même une personne à qui se confier. Avec la formation, les enfants trouvent leur place et se sentent épanouis !

The following two tabs change content below.

Ketya

Ketya, 16 ans, est une Enfant Reporter de la ville de Goma. « Je compte devenir une grande dame », dit-elle.

Related Posts

No related posts found.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *