crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Belise Ibulambo, 15 ans, est enfant reporter à Kisangani, province de la Tshopo.

Bonjour. Je m’appelle Bélise Ibulambo, enfant reporter de Kisangani, et j’ai 15 ans. Je suis en 1er année des humanités littéraires. L’histoire que je vais vous raconter est celle de ma première expérience avec le Vice-gouverneur de la province de la Tshopo.

J’ai vraiment flippé et je ne garde pas un bon souvenir de cette expérience.

Le 2 septembre 2022 dernier, le Vice-gouverneur de la Tshopo est venu à la cérémonie de l’ouverture officielle de l’année scolaire. Il était venu représenter le Gouverneur empêché. Et donc, à la fin de la cérémonie, Annedicte, Béni et moi, les enfants reporters de Kisangani, avons voulu lui poser quelques questions.

 

Nous nous sommes approchés pour lui poser quelques questions. Papa Paulin, le Vice-gouverneur, s’est arrêté quand nous l’avons appelé. Pour nous, c’était l’occasion qu’il nous a donnée pour lui parler. Pendant qu’on s’approchait de lui, ses gardes du corps et son protocole n’étaient pas d’accord. Les gardes ont braqué leurs armes sur nous pour nous dire de ne pas avancer vers le Vice-gouverneur.

Pour la première fois de ma vie, j’ai vu une arme braqué sur moi. Alors, j’ai eu la peur de ma vie. Nous étions avec notre encadreur et nous n’avons pas fui. On a essayé de maîtriser notre peur. Mais, c’était terrible.

Monsieur Paulin, vice-gouverneur de la Tshopo (@ponabana)

Le vice-gouverneur a interpellé ses hommes. « Laissez ces enfants venir. J’aime beaucoup les enfants », a dit le Vice-gouverneur. Il nous a demandé ce qu’il pouvait faire pour nous. Je me suis senti un peu en sécurité et nous lui avons posé nos questions.

 

Malgré la peur, j’ai apprécié comment nous avons discuté avec le Vice-gouverneur de la Tshopo. Après nous, d’autres journalistes sont venus nous voir pour nous demander de quoi on avait parlé avec lui. Monsieur Paulin avait refusé d’accorder des interviews aux journalistes.

 

Je pense que je vais vivre encore d’autres expériences dans la participation et la défense des droits des enfants.

 

Encadreur : Jeannette Kolongo