crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Donatien Muela est jeune reporter de la ville de Mbuji-Mayi.

Le président Félix Tshisekedi est arrivé ce vendredi 24 décembre à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-oriental. Je suis Donatien Muela, jeune encadreur des enfants à Mbuji-Mayi.

Je vais vous raconter comment la ville de Mbuji-Mayi était avec l’arrivée du président Félix Tshisekedi ce vendredi 24 décembre. La ville était dans l’effervescence. En fait, plusieurs commerces n’ont pas ouvert. Et les activités ont été paralysées durant une longue partie de la journée. Et pourtant, les marchés ont ouvert, mais il n’y avait pas beaucoup de monde comme d’habitude à la veille du 25 décembre.  Les parkings sont peu fréquentés.

 

Déjà le matin, certains habitants de Mbuji-Mayi étaient déjà à l’aéroport pour accueillir le président Félix Tshisekedi. En effet, la mobilisation pour accueillir le président a commencé depuis plus de trois jours. 

Trois ans après son élection, c’est la première fois que le Chef de l’Etat congolais arrive à Mbuji-Mayi, sa ville natale. C’est vers 16h, heure locale que le président est arrivé.

Attente de Tshisekedi

Félix Tshisekedi à Mbuji-Mayi (@ponabana)

Toutes les grandes artères qui mènent à l’aéroport sont pleines de monde. Des drapeaux accrochés aux motos et aux voitures étaient visibles dans la ville.   

Donner la parole aux enfants

Cependant, la fête de Noël coïncide avec l’arrivée du président de la République. En effet, l’ambiance dans la ville de Mbuji-Mayi était inexplicable. Ce vendredi 24 décembre, les élèves devaient partie à l’école. Le jour 25 décembre, jour de la Noël, les écoles sont fermées pour la détente d’un jour. Les élèves reprennent les cours le 26 décembre déjà. Mais avec l’arrivée du Président, beaucoup d’écoles ont renvoyé les élèves à la maison et anticipé la détente.

Excellence Monsieur le Président, mon plus grand et profond souhait en ce jour est que pendant votre séjour à Mbuji-Mayi, qu’il vous plaise de bien vouloir recevoir les enfants de cette ville. Ils vont vous dire comment ils vivent au quotidien. Je vous assure qu’ils vous diront des choses que les adultes ne peuvent pas vous dire à leur place. Après avoir entendu les enfants, vous ne manquerez pas de répondre favorablement à certaines de leurs préoccupations qui demeurent irrésolues.

Encadreur: Donatien Muela