L’histoire de deux enfants du marché

Gentil et Gédéon, deux amis, n’ont que 9 ans et vivent au marché central de Mbuji-Mayi depuis maintenant quelques mois. Ils sont là, sans abris et n’ont personne pour s’occuper d’eux. Ceci est révoltant d’autant plus que le marché n’a jamais été un abri moins encore un centre d’hébergement pour ces enfants, appelés communément « enfants du marché ».

Suivez avec attention l’histoire de Gentil et Gédéon

Gentil raconte qu’il se retrouve aujourd’hui au marché parce que sa famille le traitait de « sorcier » après la mort de ses deux parents. Il a été dénigré, torturé moralement avec les injures et parfois privé de la nourriture. « Mes études ont été suspendues et un jour, j’ai été abandonné au marché. C’est alors que ma vie du marché a commencé », explique le jeune Gentil.

Gédéon, lui, s’est retrouvé au marché parce qu’il a accidentellement brûlé la maison de sa grand-mère qui assurait sa tutelle. Gédéon a été abandonné au marché central de Mbuji-Mayi.

Sans logis, affection familiale et encadrement, ces deux petits amis ambitieux, sont incapables de réaliser leur rêve. Ils ont dû connaître un baptême de feu a si bas-âge… Mes chers amis demandez-vous quel baptême ? Mes larmes ont coulé en voyant ces enfants âgés que moi subir une telle situation.

Trop d’enfants se trouvent dans la même situation

Gedeon et Gentils ne sont pas les seuls à se retrouver dans une telle situation. Aujourd’hui, de nombreux enfants sont abandonnés dans la rue par leurs familles. Face à cette situation, je demande à l’Etat de faire appliquer la Loi portant protection de l’Enfant qui stipule que tout enfant a le droit de vivre avec ses parents ou en famille.

J’ai espoir qu’avec l’aide de tous, Gentil, Gédéon et tous les enfants qui se trouvent abandonnés puissent jouir de leur enfance comme tout autre enfant.

Unissons nos efforts pour les enfants car l’avenir de notre pays est entre leurs mains !

The following two tabs change content below.

Augustin

Augustin est Enfant Reporter de la province du Kasaï Oriental.

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

One comment

  • Merci Augustin pour cette histoire combien émouvante et choquante. Je t’encourage à rester toujours sensible devant des tels événements. A nous, qui avions eu l’occasion de la découvrir, il nous revient l’obligation d’agir en conséquence pour que des telles atrocités ne reviennent plus. Ne soyons pas méchants au point d’abandonner à l’Etat la charge de nos erreurs du passé parce des enfants comme Gentil et Gédéon méritent mieux.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *