crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Adonis Kandingu est enfant reporter de Lubumbashi, province du Haut-Katanga.

Je suis Adonis Kandingu, enfant reporter de la ville de Lubumbashi et j’ai 16 ans. En fait, le lundi 11 avril, un bébé de deux semaines est mort subitement après avoir consommé, en grande quantité, de la quinine.

 

Ce drame s’est produit non loin de chez nous au quartier Kalebuka, dans la commune annexe de la ville de Lubumbashi.

 

L’imprudence a coûté la vie d’un bébé

Ce bébé qu’on va appeler Grâce n’avait que deux semaines. Né par césarienne le 28 mars 2024, l’enfant est resté avec son frère aîné de 4 ans lorsque leur mère s’est déplacée. Après quelques minutes, le bébé se met à pleurer. Son grand frère qui voit leur mère donner quelques gouttes de quinine au bébé fait la même chose. À quelle dose ? Quelle quantité est-ce que la maman donne à l’enfant ? Et pourquoi la maman donne ces gouttes au bébé ? Le frère de 4 ans ne le sait pas. « Il ouvre la bouteille et donne la quinine au bébé. La dose est supérieure au poids de l’enfant et le bébé est mort », comme me l’a expliqué un membre de la famille.

Lorsque la mère revient, elle constate que l’enfant ne bouge plus. Vite ! Elle alerte un centre de santé le plus proche et emmène son enfant. Le diagnostic tombe : le bébé est mort suite à une intoxication à la quinine.

 

Tenir les produits pharmaceutiques hors de la portée des enfants

Visiblement, sur chaque produit pharmaceutique, il est écrit : « tenir hors de la portée des enfants ». Je me demande si chaque parent fait attention à cette inscription. Et dire que si ce médicament hors de la portée de cet enfant de 4 ans, le nourrisson serait encore en vie. Voilà qu’un simple petit geste auquel on ne fait pas toujours attention coûte une vie.

 

Mon plaidoyer

Je demande aux parents de bien conserver les produits pharmaceutiques dans leurs maisons et surtout les éloigner de la portée des enfants. Je crois aussi qu’il n’est pas prudent la responsabilité d’un enfant à autre enfant. La présence d’un adulte aurait certainement fait la différence.

 

Encadreur : Christian Katondo