Peut-on garantir la gratuité de l’enseignement en RDC ?

 

© UNICEF DRC Almeras

L’administration de la République démocratique du Congo (RDC), le pays où la majorité de ma famille est née et a grandi, a récemment annoncé une initiative visant à faire appliquer la gratuité de l’enseignement pour les enfants du primaire. Une politique qui a été introduite dans le passé et qui est garantie par la constitution. Le remboursement des frais de scolarité est en cours. Honnêtement, j’ai mes réserves.

Bien qu’il soit écrit en droit civil, l’idéal de l’enseignement obligatoire n’est tout simplement pas atteint dans toute la RDC. Le nombre d’inscriptions n’est pas adapté à un pays de cette taille. Selon la Northwestern University, les taux d’inscription s’élèvent à « 40 % dans l’ensemble pour les écoles primaires et secondaires, et la fréquentation est encore pire dans les zones rurales de l’Est où le conflit ethnique persiste ». En 2017, une étude sur la RDC menée par l’UNICEF a révélé qu’en moyenne 95% des enfants congolais ne participent pas à l’éducation de la petite enfance. Avec l’histoire et le contexte meurtri de la RDC, les dépenses du Gouvernement sont une préoccupation nationale. Malheureusement, beaucoup de progrès ont été réalisés à un rythme d’escargot en raison de la mauvaise gestion des fonds et de la corruption. Il y a tellement de problèmes systémiques en jeu en RDC et le secteur de l’éducation n’est pas différent.

Quel est le coût de l’éducation ?

Relativement, l’éducation publique que j’ai vue en Amérique alors que je fréquentais moi-même une école publique est, il est vrai, idéale par rapport à d’autres endroits dans le monde. Je suis familier avec l’expression « éducation gratuite » qui est quelque peu circonstancielle. L’année dernière, les frais de scolarité pour les cours que j’ai choisis se sont élevés à 147 dollars. C’est seulement pour les cours. Au cours de mes études secondaires (3 ans), ma famille a dépensé environ 1.000 $ en frais de scolarité. Ici, les frais de scolarité sont obligatoires. Ils servent directement à fournir des fournitures et des matériaux adéquats, à payer les salaires des enseignants pour reconnaître leur travail et leur formation continue, à entretenir l’école, à assurer le transport pour reconnaître le large rayon d’action des élèves. La technologie, les déjeuners, les cours, etc. Les frais d’inscription sont les coûts indirects à affecter à l’infrastructure et aux ressources d’une école. Donc, c’est une condition pour obtenir une éducation.

Le pays applique fermement la loi qui exige qu’un enfant aille à l’école, quel que soit le nombre de jours de l’année. C’est une obligation d’envoyer votre enfant à l’école. Pour les familles à faible revenu plus défavorisées, il est possible de les accommoder afin de maintenir l’égalité des chances. Par exemple, les frais de repas seraient réduits ou complètement supprimés si une famille exprimait une insécurité financière. Somme toute, le système fait de son mieux pour répondre à la situation d’un élève. Le système scolaire américain dans son ensemble centralise et développe les agents de changement de demain parce qu’il est gratuit dans sa prestation. L’accès à l’éducation est gratuit alors que les frais de scolarité ne le sont pas.

En RDC, un pays où le chômage est élevé et la pauvreté extrême, la lutte et le stress trouvent un foyer. L’ampleur de l’urgence et de la vulnérabilité oblige souvent les enfants à se mettre à la tâche. Ainsi, dans de trop nombreux cas, la décision est prise d’exclure l’éducation pour réduire les dépenses. Il n’est pas juste que les enfants s’épuisent dans leur recherche de revenus pour leur famille. Il n’est pas juste qu’un enfant choisisse entre la survie et l’éducation. Rien que cela me rend incroyablement frustrée. Théoriquement, l’éducation gratuite semble magnifique. Les ménages en RDC ne devraient pas être la principale source de financement d’une école, le Gouvernement devrait aider à payer la facture. “Promettre de fournir une éducation gratuite n’est pas seulement conforme aux normes et exigences internationales, c’est aussi populaire auprès des gens », déclare le Dr Christina N’tchougan-Sonou, qui dirige des projets d’éducation en Afrique depuis plus de 20 ans. Mais la réforme doit être pratique avant d’être présentée aux familles qui ont été régulièrement mal desservies par les anciennes politiques d’éducation. « Si une école ne peut pas collecter de l’argent auprès des parents, et que le Gouvernement n’envoie pas les fonds qu’il promet (paiement des salaires des enseignants, construction et entretien des bâtiments scolaires, matériel pédagogique), alors les directeurs d’école n’ont rien pour travailler et doivent parfois fermer une école. »

Les chances que les dépenses du Gouvernement atteignent réellement le secteur de l’éducation et les familles sont minces

J’ai vu des enfants de PonaBana partager leur plaidoyer pour l’accès à une éducation de qualité et un barrage routier régulièrement mentionné est l’adversité à laquelle ils font face en raison des frais de scolarité. Bien sûr, l’inégalité en matière d’éducation doit être éradiquée et il incombe au Gouvernement d’investir dans ses enfants. Mais, comment financer les écoles ? La nouvelle initiative en faveur de la gratuité de l’enseignement fait un effort louable pour augmenter les inscriptions scolaires, mais elle ne s’attaque pas à la qualité de l’éducation. Surtout s’il y a un flux soudain d’élèves inscrits, les ressources n’ont aucune chance.

J’ai partagé mon point de vue sur cette réforme et je suis prêt à entendre votre point de vue. La gratuité de l’enseignement est un objectif raisonnable dans l’intérêt des écoles et des enfants. J’espère une réponse plus multisectorielle et une meilleure supervision par les plus hauts responsables qui peuvent corriger la gestion de l’éducation et la responsabilité du réseau scolaire de la RDC. Il me semble que l’élimination des frais de scolarité est une façon d’envisager la trajectoire du pays. Avant que les enfants ne s’habituent à une perspective fugace et ne soient encore plus désorientés par l’instabilité, des questions devraient être soulevées. La gratuité de l’enseignement va-t-elle conduire à une réglementation inefficace des écoles ?

The following two tabs change content below.

Francesca

Francesca est une Congolaise-Américaine de 16 ans. Elle milite pour l'amélioration de la RDC depuis l'âge de 11 ans et espère continuer à mobiliser les jeunes pour qu'ils s'impliquent dans les politiques publiques et la justice sociale.

Latest posts by Francesca (see all)

Related Posts

No related posts found.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *