Emmanuel J, 13 ans, est enfant reporter de la ville de Kinshasa.

Je suis Emmanuel Jidisa, enfant reporter, défenseur des jeunes UNICEF en RDC et Ambassadeur pour la cause climatique. J’ai 15 ans.

Les questions environnementales et climatiques étaient au cœur des préoccupations internationales lors de la conférence des Nations unies sur l’environnement de Stockholm+50 de 1972.

Étant Ambassadeur pour la cause climatique et environnementale, j’ai eu l’opportunité de participer à l’activité préparatoire de cette conférence organisée par l’ambassade de Suède. J’ai discuté particulièrement avec Mr Henric Rasbrant, ambassadeur de la Suède en RDC. 

L’Ambassadeur de la Suède a rappelé le thème de l’activité qui est : «une planète saine, une responsabilité de toutes et tous, c’est notre responsabilité».

Pendant cette séance de travail, les panélistes ciblés ont répondu à certaines questions. Ils ont aussi donné leurs avis concernant leur participation à Stockholm. 

On a pu démontrer que la participation de notre pays Rd-congo est importante parce que mon pays a des solutions à proposer contre le réchauffement climatique et il a un rôle à jouer contre la dégradation de l’environnement.

Voici ce que j’ai retenu et j’ai essayé de rappeler quelques éléments qui me semblent importants. 

La RDC a une urgence à relever

En fait, la survie de notre espèce sur cette planète est menacée. Notre belle planète est sur le point de devenir inhabitable pour des milliers de personnes et particulièrement pour nous les enfants. 

La RDC ne sera pas épargnée des dégâts climatiques. Notre planète est menacée par l’activité humaine qui menace en même temps l’espèce humaine. 

La Catastrophe n’a jamais été aussi proche.

Tout cela parce que des personnes censées la protéger ont failli à leur mission de veiller au bien-être de la planète.

Ils ont failli à offrir aux enfants une vie saine et un climat propice à leur avenir.

Cette urgence n’est pas nouvelle.

Elle est due à des années de pollution, de déforestation, d’émission de gaz à effet de serre, d’utilisation abusive de ressources mais aussi d’inaction de nombreuses personnes.

Je rappelle aussi que si tout le monde était là c’est parce que tout le monde veut d’une planète saine pour la prospérité de tous.

Si nous voulons relever cette urgence

Au ministère de l’environnement: 

  • de s’assurer par une politique efficace que plus aucun arbre ne soit coupé sans que l’on en replante au moins deux;
  • il doit veiller à ce que les entreprises polluantes financent le reboisement, il est temps que les polluants payent;
  • de produire des énergies vertes comme le solaire et le gaz mais aussi de le rendre disponible pour toutes les populations afin de lutter contre la déforestation.

 

À l’ambassadeur de la Suède:

  • d’appuyer davantage le projet des jeunes qui visent à protéger l’environnement;
  • de continuer d’accompagner la RDC dans la lutte pour protéger l’environnement.

 

En fait, tout le monde doit protéger l’environnement avec la gestion et le recyclage des déchets au quotidien à la maison.

Si nous voulons d’une planète saine, nous devons la protéger, la rendre si belle et propre. Nous devons aimer notre planète plus que tout parce que notre bonheur en dépend. Il n’y a pas d’autres options. Alors bannissons la peur et prenons les décisions audacieuses pour protéger notre patrimoine commun qui est la planète.

C’est le moment ou jamais d’agir, ne choisissons pas l’extinction.