Frederick Bokoko, 17 ans, est enfant reporter de Kisangani.

Bonjour je m’appelle Frédéric Bokoko. J’ai 17 ans et je suis enfant reporter dans la ville de Kisangani. Je viens d’être élu président de mon école, l’institut de Lubunga.

Les élections étaient serrées. Je vous assure que j’ai vécu une belle expérience et je la partage avec vous.

Dans mon école, avant de passer aux élections du président, on commence par annoncer l’ouverture du dépôt des candidatures. Les élèves qui se sentent capable postulent et déposent leurs dossiers. Et là, ce n’est que la première étape.

 

En fait, c’est depuis longtemps que j’avais envie de devenir président des élèves de mon école. Je voulais défendre les droits d’autres élèves. En effet, je voudrais surtout faire connaitre les droits des enfants à d’autres élèves et aux autorités de mon école.

Depuis que je suis devenu enfant reporter et que j’ai appris l’importance des droits de l’enfant, j’aimerais que les élèves de mon école puissent avoir les mêmes connaissances que moi sur ces notions. Je me suis dit que si je sui élu président de mon école, je pourrai bien défendre les droits d’autres élèves. Alors, pour les élections, je suis allé me renseigner auprès du disciplinaire pour connaître les conditions et ce qu’il fallait faire pour être parmi les candidats présidents.

 

La peur de me lancer au début

Le disciplinaire m’a dit que si je veux postuler pour devenir président de l’école, je dois d’abord démissionner de mon poste de chef de classe. J’avoue qu’au départ j’avais un peu peur de me lancer. En fait, je risquais de perdre ma place de chef de classe et aussi de perdre les élections de président de mon école. Disons que j’avais peur de tout perdre. Après quelques hésitations, je me suis lancé pour devenir le futur président de mon école.

Je suis là avec la canne de pouvoir, Marthe et mon adjoint (@ponabana)

En fait, l’idée de démissionner de mon poste de chef de classe me rendait un peu triste. Mais pour viser grand, je n’avais pas le choix. Je devais démissionner. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai démissionné de mon poste de chef de classe. Après, j’ai postulé pour la présidence.

 

J’ai monté mon équipe de campagne avec Marthe Tshidibi. Elle est aussi enfant reporter. On a commencé la campagne en mettant tous les moyens à notre disposition. En fait, c’était un peu comme on voit dans nos villes lors des élections des députés ou du président de la République.

 

Lors des élections, j’avais peur de perdre. Les élections étaient vraiment serrées. Heureusement pour moi j’ai été élue avec 60%.

Je suis fière de moi et de mon équipe de campagne. J’ai tenté ma chance et j’ai gagné. C’est vraiment une belle expérience malgré ma peur de perdre mon poste de chef de classe.

Je viens d’être investi comme président de l’école et je vais défendre les droits des enfants dans mon école. A tout enfant, je conseille de ne pas avoir peur mais de toujours oser quand il y a des occasions pour prendre une place et défendre les droits des enfants.

 

Encadreur : Jeannette Kolongo