crossorigin="anonymous" integrity="sha256-00ZHVtB05zhS034zxRE/UJFzFiDsBCmRenTx1qgNAtU="
Rubin Mulungano et un Enfant Reporter de la ville de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu.

Je m’appelle Rubin Mulungano, enfant reporter de la ville de Bukavu, province du Sud Kivu. J’ai rencontré Euphrem près du camp militaire de Bagira, une commune de la ville de Bukavu. Il a 16 ans et depuis plus d’un an, cet enfant fume du chanvre. Il est convaincu que cela peut l’aider à résoudre ses problèmes quotidiens et oublier ses soucis.

En fait, j’ai remarqué aussi que, certains enfants qui vivent dans le camp militaire de Bagira fument du chanvre. Alors, ma rencontre avec Euphrem m’a perturbé. Je sortais de mon école, juste après la proclamation. Quand je croise Euphrem, je le trouve un peu bizarre. Il a des yeux rouges. En fait, cet enfant vit parfois chez ses parents dans le camp militaire de Bagira. Il ne va plus à l’école depuis quelques années.

Euphrem m’a aussi dit qu’il est l’aîné d’une famille de 11 enfants.

En fait, quand il abandonne l’école, au début, c’est pour aider sa mère qui vend des légumes au marché central de Bagira. La maman essaie de soutenir son mari militaire dont le salaire ne peut pas couvrir les besoins de toute la famille.

 

 Euphrem et les mauvaises influences 

 

Alors, après des mois, la mère de l’enfant tombe malade. Et Euphrem commence à suivre certains de ses amis qui passent leur temps dans des cinés vidéo. Ce sont en fait des salles de cinéma de fortune où certains enfants viennent regarder des films. Il trouve un arrangement avec le propriétaire du lieu. On le paie pour assainir la salle de cinéma.

Il rencontre un ami qui l’initie au chanvre. Et cela fait déjà plus d’un an qu’Euphrem fume du chanvre indien. Il m’a confié que cela ne lui pose aucun problème. Par contre, il affirme que le chanvre l’aide à oublier certains problèmes de la vie.

En fait, Euphrem n’est pas le seul jeune dans cette situation. Il y a d’autres enfants comme lui qui sont tombés dans le chanvre et y prennent plaisir. De fois, ces jeunes se réunissent pour fumer ensemble et s’encourager mutuellement. Ils imaginent qu’un jour, ils deviendront riches et oublieront le passé ainsi que les années de galère.

La question que je me pose est celle de savoir comment ces jeunes feront pour devenir riches? Je pense qu’en réfléchissant après avoir fumé, cette matière embrouille même le raisonnement.

 

 

Que faire pour épargner ces enfants du chanvre? 

 

Alors, entre-temps, j’ai essayé d’expliquer à Euphrem qu’il est impossible d’oublier certaines situations de la vie, juste parce qu’on a fumé un joint. Il n’a pas voulu m’écouter et il s’est débarrassé de moi.

Et pourtant lorsque je me mets à leur place, j’estime que ces enfants sont comme moi et méritent de jouir pleinement de leurs droits à l’éducation, notamment.

Je voudrais que le gouvernement puisse mieux payer les militaires et souvenir leurs familles avec des salaires dignes. Ainsi, les militaires pourront bien prendre soin de leurs enfants et assurer leur éducation. Aussi, les parents devraient faire un effort de mieux encadrer leurs enfants, malgré les difficultés auxquelles ils peuvent être confrontés. Ce n’est qu’ainsi qu’ils peuvent garantir un meilleur avenir pour leurs enfants.

En fait, les autorités congolaises doivent prendre des mesures pour sanctionner ces adultes qui initient les enfants à la consommation de la drogue et du chanvre.

Tous ensemble, nous  devons travailler pour permettre aux enfants de jouir pleinement de leurs droits.