L’eau est une denrée rare pour les habitants de Kananga

© UNICEF DRC Tremeau

L’eau est indispensable pour la vie de tous les êtres humains mais depuis plus de quinze ans, la Province du Kasaï-Central et particulièrement la ville de Kananga connaît un problème d’eau. Par manque d’électricité pour faire tourner les machines, la Regideso (Régie de distribution d’eau) a interrompu la desserte en eau potable pour les habitants. Selon Atlas 2017 du Programme National Ecole et Village Assainis, 80% de la population n’ont pas accès à l’eau potable dans la région. Les habitants de Kananga ont des difficultés pour se procurer de l’eau et surtout de l’eau potable. Pour satisfaire à leurs besoins, les habitants de la ville doivent se rendre à des bornes fontaines éloignées ou trouver des sources d’eau aménagées. Sans cela, il n’y a pas d’eau potable.

Le manque d’eau potable est à la source de nombreux problèmes de santé pour les enfants. Des enfants sont obligés d’aller à l’école sans se laver, des femmes cuisinent avec une eau sale et les enfants boivent de l’eau non potable. Ils sont exposés aux maladies hydriques comme la fièvre typhoïde qui sont l’une des causes principales de la mortalité infantile. Comme l’eau ne coule pas aux robinets, les habitants sont parfois obligés d’aller puiser de l’eau dans des sources éloignées. Au mois de février, des jeunes filles d’une localité de Kananga se sont fait mordre par des serpents venimeux en allant puiser de l’eau. Même dans les écoles, les enfants ne bénéficient pas d’eau potable…

Cette réalité nuit à la santé des enfants, met en danger leur vie et compromet leur avenir. L’eau portable, l’assainissement et l’hygiène sont essentiels pour la survie et le développement des enfants.

Pour chaque enfant, de l’eau potable

L’accès de l’eau potable est un droit fondamental pour chaque enfant comme énoncé dans la Convention relative aux droits de l’enfant en son article 24. Mais la réalité montre que ce droit est totalement bafoué pour les enfants de Kananga, surtout pour ceux vivants dans les zones les plus reculées.

Nous, Enfants Reporters, demandons au Gouvernement de mettre en place une politique qui favorise l’accès à l’eau potable pour tous. La Regideso doit réorganiser son fonctionnement et assurer un approvisionnement suffisant en énergie. L’eau doit couler des robinets dans tous les coins de la ville ! La population doit aussi prendre conscience de l’important de payer ses factures de consommation d’eau. Sans ces fonds, la Regideso ne pourra pas fonctionner normalement.

On dit souvent que l’organisme humain a besoin de 1,5 litre d’eau par jour mais pour les habitants du Kasaï-Central, ce n’est pas possible. Nous restons convaincues que le slogan selon lequel « L’EAU C’EST LA VIE » se concrétisera un jour au Kasaï-Central car nous tenons à notre vie.

Plus d’informations sur l’eau potable en RDC :

The following two tabs change content below.

Enfants Reporters de Kananga

Melissa, Angélique, Pauline, Hans et Chadrack sont des Enfants Reporters de la ville de Kananga âgés de 15 ans à 17 ans.

Derniers articles parEnfants Reporters de Kananga (voir tous)

Histoires connexes

Pas d'histoires connectées trouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *